Liens d'accessibilité

Au forum de Washington, le ministre malien de la Santé évoque des initiatives pour sauver des vies


Un travailleur de la santé examinant un enfant soupçonné de souffrir de malnutrition (Photo N. Palus/VOA)

Un travailleur de la santé examinant un enfant soupçonné de souffrir de malnutrition (Photo N. Palus/VOA)

En visite à Washington pour participer à un forum sur « les progrès et les voies à suivre pour mettre fin aux décès évitables des enfants et des mères » (Acting on the Call: Ending Preventable Child and Maternal Deaths), le ministre malien de la Santé et de l’Hygiène pubic, Ousmane Koné, a évoqué les efforts de son pays pour sauver des vies.

On ne saurait améliorer la santé des populations sans faciliter l’accès universel aux soins de qualité, a-t-il fait valoir. « Tous les citoyens doivent accéder de façon équitable aux soins de santé de qualité … Cela veut dire qu’il faut que les gens soient à distance respectable d’un centre de santé, que l’expérience soit de bonne qualité et que personne ne soit laissé en marge à cause de difficultés financières », a-t-il dit.

A cette fin, le gouvernement du président Ibrahim Boubacar Keïta a mis en place deux caisses, a-t-il poursuivi. « La caisse d’assurance maladie obligatoire, où tous les salariés sont obligés de cotiser et qui permet de prendre en charge les salariés et leurs ayant-droits, et puis l’assistance médicale, qui est une caisse de subvention ». A la longue, a ajouté le ministre malien de la Santé et de l’Hygiène public, « cela permettra à tous et à chacun de se faire soigner, sans que la difficulté financière soit une limite à l’accès aux soins de qualité ».

Le forum de Washington était organisé par l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et plusieurs gouvernements, en collaboration avec l'UNICEF et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Rappelant que la santé des mères, des nouveaux nés et des enfants reste la principale priorité du gouvernement malien, M. Koné a évoqué le lancement de la politique et du plan d’action multisectoriel pour lutter contre la malnutrition au Mali. Un phénomène qui touche toutes les parties du pays, y compris le sud. « Les habitudes alimentaires font que l’on se préoccupe souvent de la quantité d’aliments plus que de la qualité de l’aliment, et notre politique vise justement à éduquer les populations dans le sens d’une bonne combinaison des aliments », a expliqué le ministre. « Et ce pour qu’il y ait un apport suffisant en nutriments pour l’équilibre de la ration ».

La santé des mères et des enfants, notamment les nouveau-nées, est la priorité absolue, a poursuivi M. Koné ; c’est une « préoccupation majeure ».

« Tout le monde s’accorde à dire qu’investir dans la santé maternelle, néonatale et infantile est un investissement utile », a-t-il ajouté. La rencontre de Washington a été l’occasion de comparer les stratégies de différents pays, et d’en retirer des leçons.

XS
SM
MD
LG