Liens d'accessibilité

Les attentats de Paris sont "un acte de guerre", selon François Hollande


François Hollande s'exprime à l'Elysée le 14 novembre 2015. (Stephane de Sakutin/Pool Photo via AP)

François Hollande s'exprime à l'Elysée le 14 novembre 2015. (Stephane de Sakutin/Pool Photo via AP)

Juste avant que l'organisation terroriste revendique les attentats de Paris, le président français a accusé samedi le groupe Etat islamique d'en être responsable. "La France sera impitoyable", a-t-il promis.

Le président français François Hollande a accusé, samedi 14 novembre, le groupe Etat islamique (EI) d'être responsable de la vague d'attaques perpétrées vendredi soir à Paris, qui ont fait 128 morts et 250 blessés.

"Ce qui s'est produit hier c'est un acte de guerre (...) qui a été commis par Daech (acronyme arabe de l'organisation EI), organisé de l'extérieur et avec des complicités intérieures que l'enquête devra établir", a déclaré à l'Elysée M. Hollande.

Le groupe EI n'avait pas encore, à ce stade, revendiqué les attentats. Ce fut chose faite quelques minutes plus tard, via un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

Le président français, qui venait de réunir un conseil de défense auquel ont participé les principaux ministres du gouvernement, a dénoncé "un acte de barbarie absolue".

"La France sera impitoyable", a-t-il assuré, en indiquant que "toutes les mesures pour assurer la sécurité des citoyens sont prises dans le cadre de l'état d'urgence" décrété dans la nuit. "Les forces de sécurité intérieure et l'armée sont mobilisées au plus haut niveau de leurs possibilités" et "tous les dispositifs de sécurité ont été renforcés", a-t-il assuré.

Deuil national de trois jours

"Les familles sont dans le chagrin et la détresse. Le pays est dans la peine", a souligné le chef de l'Etat, avant d'annoncer sa décision d'instaurer un deuil national de trois jours. Il n'a pas précisé à partir de quand exactement s'appliquerait ce deuil.

Il a aussi annoncé qu'il s'exprimerait lundi devant le Parlement français (les deux chambres réunies) réuni en Congrès à Versailles près de Paris, "pour rassembler la Nation dans cette épreuve". Cette procédure est exceptionnelle en France.

"Ce que nous défendons, c'est notre patrie, mais c'est bien plus que cela, ce sont les valeurs d'humanité et la France saura prendre ses responsabilités", a déclaré solennellement François Hollande, qui a appelé les Français "à l'unité, au rassemblement et au sang-froid".

Ouverture de la réunion internationale à Vienne

De son côté, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a jugé samedi "plus que jamais nécessaire" de "coordonner la lutte internationale contre le terrorisme", avant l'ouverture d'une réunion internationale sur la Syrie à Vienne où une vingtaine de pays se retrouvent autour des chefs de la diplomatie américaine et russe.

"L'un des objets de la réunion d'aujourd'hui à Vienne, c'est précisément de voir concrètement comment nous pouvons accentuer encore la coordination internationale dans la lutte contre Daech", a ajouté le ministre des Affaires étrangères françcais.

"L'action internationale de la France continue et est assurée" malgré les attentats, a par ailleurs souligné le ministre, qui représentera le président François Hollande au sommet du G20 dimanche à Antalya, en Turquie.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG