Liens d'accessibilité

La Russie appelle l'UE à une alliance non partisane pour vaincre le terrorisme


Sergei Lavrov à Moscou, le 6 février 2012

Sergei Lavrov à Moscou, le 6 février 2012

L'Union européenne doit arrêter ses "jeux géopolitiques" et s'unir avec la Russie dans la lutte contre les "terroristes", a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, au lendemain des attentats de Bruxelles

"J'espère vraiment que les Européens mettront de côté les jeux géopolitiques et s'uniront (avec la Russie) pour ne pas permettre aux terroristes de prendre le contrôle de notre continent commun", a déclaré Sergueï Lavrov au début des entretiens avec son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier, cité par l'agence de presse Ria Novosti.

L'Europe fait face à une grave crise sécuritaire après les attentats de Bruxelles qui ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés mardi, quatre mois après les attaques de Paris ayant tué 130 personnes.

L'appel de Sergueï Lavrov intervient sur fond de pression diplomatique internationale visant à résoudre le conflit en Syrie, des négociations indirectes entre l'opposition et le régime syrien étant organisées à Genève depuis fin février.

"Je ne peux personnellement pas imaginer qu'après 250.000 morts et 12 millions de réfugiés, Bachar al-Assad sera une figure acceptable pour tous les habitants", a déclaré sur le sujet le ministre allemand des Affaires étrangères dans une interview à l'agence de presse russe Interfax.

"L'avenir politique de la Syrie doit être décidé à la table des négociations" à Genève, a-t-il ajouté.

M. Steinmeier s'entretiendra dans l'après-midi avec le président russe Vladimir Poutine pour évoquer "le conflit en Ukraine et les efforts pour la paix en Syrie", selon le ministère des Affaires étrangères allemand.

Il sera suivi par le Secrétaire d'Etat américain John Kerry, attendu dans la journée dans la capitale russe.

Les attentats qui ont frappé mardi matin à l'heure de pointe l'aéroport et une station de métro du centre de la capitale belge ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés. Ils ont été revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), quatre jours après l'arrestation d'un des auteurs présumés des attentats de Paris, Salah Abdeslam.

Vladimir Poutine a dénoncé ces attentats et estimé qu'ils "montrent une nouvelle fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et menace les populations du monde entier".

"La lutte contre ce mal nécessite la coopération internationale la plus active", a-t-il ajouté.

Le président de la Commission des Affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement russe), Alexeï Pouchkov, avait de son côté estimé mardi que pendant que le secrétaire général de l'OTAN Jen Soltenberg combattait "une menace russe imaginaire (...), des gens se (faisaient) exploser sous son nez à Bruxelles".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG