Liens d'accessibilité

Les frères El Bakraoui étaient dans les fichiers anti-terroristes américains


Ibrahim El Bakraoui.

Ibrahim El Bakraoui.

Les noms des deux frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, qui se sont fait sauter dans le métro et à l'aéroport de Bruxelles, figuraient dans les fichiers anti-terroristes américains, selon la chaîne de télévision américaine NBC.

La chaine américaine cite deux responsables américains anonymes, qui "n'ont pas précisé dans laquelle des nombreuses" bases de données ou listes américaines figuraient les deux frères, a précisé NBC.

Le centre national anti-terroriste américain (NCTC), qui coordonne toutes les informations des services de renseignement américains sur des extrémistes potentiels, n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP à ce sujet.

Les deux frères de nationalité belge étaient des caïds endurcis des faubourgs bruxellois et avaient été tous les deux condamnés à de la prison pour des vols ou braquages.

Ibrahim El Bakraoui, qui s'est fait sauter à l'aéroport de Bruxelles, avait été expulsé en juillet par la Turquie vers les Pays-Bas, selon le ministère néerlandais de la justice. Il avait été arrêté en juin par les autorités turques près de la frontière syrienne.

Les autorités turques avaient prévenu La Haye de l'expulsion par note déposée dans un portail électronique, mais cette note "ne présentait absolument aucune information ou clarification" sur les personnes expulsées, selon le ministère néerlandais.

Le gouvernement belge, accusé de laxisme dans la lutte antiterroriste, a promis jeudi de faire "toute la lumière" sur les attentats de Bruxelles, en rendant un hommage émouvant aux victimes, dont l'identification se poursuivait difficilement.

La police continuait de traquer au moins deux hommes repérés sur des images de vidéosurveillance avec les trois kamikazes qui ont semé mardi la mort à l'aéroport international de Bruxelles et à la station de métro de Maelbeek, en plein quartier européen, faisant 31 morts et 300 blessés, selon un bilan provisoire.

Jeudi soir, elle a interpellé six personnes dans le cadre de l'enquête sur les attentats. Trois d'entre elles étaient "devant notre porte", a précisé un porte-parole du parquet fédéral dont les bureaux se trouvent en plein centre de Bruxelles, à côté du Palais de justice.

Selon le quotidien La Libre Belgique, ces trois personnes étaient à bord d'une voiture mais aucun détail n'a filtré sur les motifs de leur présence en face du bâtiment du parquet fédéral.

Lors d'un hommage solennel, le Premier ministre Charles Michel a promis de faire "toute la lumière" sur les pires attaques terroristes jamais commises en Belgique, revendiquées par l'organisation Etat islamique, alors que la polémique montait sur les ratés dans le suivi d'un des suspects, intercepté puis expulsé par la Turquie l'été dernier.

Le Parlement belge a décidé de mettre sur pied une commission d'enquête parlementaire, aux pouvoirs étendus. M. Michel a toutefois refusé la démission des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens, qui avaient reconnu "des erreurs".

"Il ne pourra pas y avoir d'impunité. Il ne pourra pas y avoir de zones d'ombre", a insisté M. Michel, sur la défensive après que la Turquie eut regretté le manque de réaction des autorités belges après l'expulsion d'Ibrahim El Bakraoui, en liberté conditionnelle après sa condamnation pour un braquage, qui s'est fait exploser à l'aéroport.

Il avait été intercepté en juin 2015 à Gaziantep, non loin de la frontière syrienne, avant d'être expulsé le 14 juillet vers la Belgique via les Pays-Bas. Ibrahim El Bakraoui a ensuite disparu bien que la Belgique ait été "informée que cet individu était un combattant terroriste étranger", selon le président turc Recep Tayyip Erdogan.

- 'Fort compliqué' -

Faux, a répliqué jeudi soir le ministre belge de la justice, Koen Geens: "Nous avons seulement été avertis après l'atterrissage de l'avion à (l'aéroport d'Amsterdam) Schiphol, donc c'était fort compliqué de l'arrêter là", a-t-il fait valoir.

Ces remous font surface au moment où le pénible travail d'identification des tués progresse très lentement: les noms de seulement quatre d'entre eux sont aujourd'hui connus.

Certaines dépouilles sont déchiquetées, leurs familles vivent parfois à des milliers de kilomètres de Bruxelles, ce qui complique les comparaisons d'ADN ou les reconnaissances visuelles.

Facebook, où une page "Recherche Bruxelles" a été ouverte, ou Twitter relayaient des centaines de messages de proches demandant désespérément des nouvelles.

A Bruxelles, le couple royal ainsi que les représentants des différents gouvernements et parlements du royaume, mais aussi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ont honoré les victimes en observant une nouvelle minute de silence.

Frappée dans sa capitale, l'Union européenne a une nouvelle fois été pointée du doigt pour sa lenteur à mettre en place un système efficace d'échange de données et de renseignements, à lutter contre le trafic d'armes ou introduire un registre européen de passagers aériens (PNR).

Le président français François Hollande a exhorté "fermement" l'UE à agir. "Les citoyens sont fatigués et ont peur", a lancé le commissaire européen chargé de la sécurité, Dimitris Avramopoulos, à l'issue d'une réunion d'urgence des 28 pays membres. "Quelque chose doit changer!".

Les médias soulignaient jeudi que la Belgique avait probablement échappé à des attaques d'une ampleur bien supérieure, grâce au démantèlement le 15 mars d'une cellule jihadiste en plein préparatifs et lourdement armée, surprise lors d'une perquisition de routine, ce qui a permis de capturer ensuite Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de Paris.

Les trois kamikazes de Bruxelles ont été directement associés aux commandos de Paris et ont sans doute accompagné dans sa cavale Salah Abdeslam. Ce dernier ne refuse plus d'être transféré en France où il devra répondre de sa participation aux attaques du 13 novembre (130 morts).

- 'Galère' -

Selon le parquet fédéral belge, le frère d'Ibrahim, Khalid El Bakraoui, qui s'est fait sauter mardi dans le métro, avait loué sous un faux nom un logement à Charleroi d'où certains des commandos de Paris, dont leur logisticien en chef Abdelhamid Abaaoud, sont partis la veille des attentats.

Quant au troisième kamikaze, Najim Laachraoui, dont des restes ont été identifiés à l'aéroport, il était recherché depuis que son ADN avait été trouvé dans plusieurs habitations louées par ces commandos en Belgique ainsi que sur certaines ceintures d'explosifs.

Laachraoui, parti en Syrie début 2013, était connu comme un recruteur notoire de l'EI, et il émerge comme une figure centrale des assaillants de Bruxelles comme de Paris, au-delà même du rôle d'artificier qui lui était attribué jusqu'ici.

"J'ai été touché et accablé, je ne voulais pas croire que c'était lui", a confié jeudi soir son frère Mourad, en disant "compatir" avec les victimes.

Malgré le fait qu'au moins deux suspects soient encore en fuite, les autorités ont abaissé jeudi soir à 3 le niveau de la menace terroriste en Belgique, soit un risque "possible et vraisemblable" d'attentats. Il avait été relevé à son niveau maximal (4) dans l'heure ayant suivi les attentats mardi matin.

Fortement endommagé, l'aéroport de Bruxelles ne rouvrira pas avant lundi.

Dans le centre de Bruxelles, la population continuait d'affluer vers l'emblématique place de la Bourse, pour écrire des messages d'hommage à la craie à même le sol, ou y déposer des drapeaux, des bougies ou des fleurs.

Par ailleurs, en France, un homme suspecté d'être impliqué dans un projet d'attentat conduit à un "stade avancé" a été interpellé jeudi en région parisienne où des perquisitions se poursuivaient dans la nuit, sans que ce projet semble avoir un lien avec les attaques qui ont frappé Bruxelles et Paris.

Khalid El Bakraoui, qui s'est fait sauter dans le métro de Bruxelles, était recherché dans l'enquête sur les attentats de Paris pour avoir loué sous un faux nom un logement à Charleroi utilisé par certains assaillants du 13 novembre.

Il était visé depuis le 11 décembre par deux mandats d'arrêt, international et européen, délivrés par les juges d'instruction parisiens chargés d'enquêter sur ces attentats ayant fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Les autorités belges ont été accusées de laxisme dans la lutte antiterroriste après les attentats de mardi, qui ont fait 31 morts et 300 blessés, suivant un bilan provisoire.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG