Liens d'accessibilité

Attentat à la voiture piégée au Liban


Le carnage à Beyrouth ce vendredi, suite à un attentat à la bombe

Le carnage à Beyrouth ce vendredi, suite à un attentat à la bombe

La bombe a explosé à l'heure de pointe à Beyrouth. Le directeur de la branche des renseignements des Forces de sécurité intérieure (FSI), le général Wissam al-Hassan, compte parmi les personnes tuées et selon les média libanais, c’est lui qui aurait été la cible de l’attentat. Au total, on signale au moins huit morts et 80 blessés.

Notons que l’explosion s’est produite près du quartier général du Parti des Phalanges chrétiennes, un groupe de l'opposition libanaise qui désapprouve ouvertement le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad.

La crise syrienne a fait monter la tension entre les deux pays voisins.
Le Liban a connu une récente flambée de violences liées au conflit syrien qui a déborde sur sa frontière.

Pour l’heure l’attaque n’a pas été revendiquée et la Syrie a condamné l’explosion. Mais certains responsables libanais, dont Amine Gemayel, président des Phalanges, ont ouvertement rejeté la responsabilité de la mort d’al-Hassan sur le président syrien Bachar al-Assad, la qualifiant « d’assassinat ».

La porte-parole du département d’Etat américain, Victoria Nuland, a souligné que rien ne peut justifier de telles violences, et elle a exprimé les condoléances des Etats-Unis aux victimes et à leurs familles.
XS
SM
MD
LG