Liens d'accessibilité

Attaques de Paris : nouvelle inculpation en France


Le café La Bonne Bière a rouvert ses portes le 4 décembre 2015. (AP Photo/Jacques Brinon)

Le café La Bonne Bière a rouvert ses portes le 4 décembre 2015. (AP Photo/Jacques Brinon)

Mohammed S., 25 ans, a été mis en examen samedi pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Il est soupçonné d'avoir aidé à fournir un logement à Abaaoud et son complice après les attentats.

Un homme de 25 ans a été mis en examen et écroué samedi à Paris, soupçonné d'avoir contribué à fournir un logement de repli au jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud et à un complice, deuxième inculpation en France dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre.

Conformément aux réquisitions du parquet, Mohamed S., dont l'identité complète et la nationalité n'ont pas été précisées, a été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. C'est un proche de Jawad Bendaoud, qui était jusqu'à présent le seul mis en examen dans le volet parisien de cette enquête franco-belge.

Mohamed S. et Jawad Bendaoud, inculpé et écroué le 24 novembre, sont soupçonnés d'avoir fourni un appartement de repli à Saint-Denis à Abaaoud et un complice non identifié qui y sont morts le 18 novembre dans l'assaut de la police, tout comme la cousine du jihadiste belge, Hasna Aïtboulahcen.

Délinquants apparemment sans envergure, Mohamed S. et Bendaoud ne semblent pas mis en cause pour avoir préparé ou participé aux attaques.

A ce jour, un des auteurs présumés des attentats, Salah Abdeslam, reste insaisissable.

Aidé par plusieurs personnes dans sa fuite, Salah Abdeslam a disparu après une ultime trace laissée lors d'un contrôle routier dans le nord de la France quelques heures après les attaques du 13 novembre, attentats les plus sanglants de l'histoire de France avec 130 morts.

Neuf auteurs des attaques du Stade de France, du Bataclan et des attaques de terrasses parisiennes sont morts, parmi lesquels cinq ont été identifiés: deux sont des islamistes radicaux originaires d'Ile-de-France, trois vivaient dans la commune bruxelloise de Molenbeek, dont le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud.

Les services antiterroristes voient la main de cet homme, qui semble avoir fait pendant plusieurs mois des allers-retours entre la Syrie et l'Europe, dans plusieurs projets d'attentats.

Huit hommes sont inculpés et écroués en Belgique dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Un autre Belge appartenant à cet environnement d'Abdeslam, Ahmad Dahmani, a été arrêté en Turquie.

Deux hommes non identifiés, qui avaient été contrôlés le 9 septembre en Autriche avec Salah Abdeslam, sont recherchés, tout comme Mohamed Abrini, un proche de celui qui semble avoir renoncé à se faire exploser pour une raison non élucidée.

AFP

XS
SM
MD
LG