Liens d'accessibilité

Attaque du Radisson : les réactions dans le monde


Barack Obama en Malaisie, le 21 novembre 2015. (REUTERS/Jonathan Ernst)

Barack Obama en Malaisie, le 21 novembre 2015. (REUTERS/Jonathan Ernst)

De nombreux pays ont exprimé leur solidarité avec les Maliens suite à l'attentat de vendredi à l'hôtel Radisson de Bamako. Les dirigeants ont affirmé leur volonté de coopérer contre le terrorisme.

ETATS-UNIS

En visite officielle en Malaisie, le président des Etats-Unis Barack Obama a qualifié samedi 21 novembre l'attaque d'acte de "barbarie".

"Cette barbarie ne fait que renforcer notre résolution à faire face à ce défi", a déclaré le président américain, évoquant la menace mondiale de l'extrémisme islamiste violent.

"Au nom du peuple américain, je veux présenter nos condoléances attristées au peuple du Mali et aux familles des victimes, parmi lesquelles se trouve au moins un citoyen américain", a dit M. Obama.

A Washington, le porte-parole du département d'Etat, John Kirby, a précisé que cette victime était une femme nommée Anita Ashok Datar.


RUSSIE

Le président russe Vladimir Poutine avait exprimé samedi ses condoléances après l'attaque "inhumaine" survenue à Bamako, appelant à une "large coopération internationale".

Dans un message adressé au président malien Boubakar Keita, Vladimir Poutine "a souligné que le crime inhumain commis dans la capitale malienne confirme encore une fois que le terrorisme ne connaît pas de frontières et présente un réel danger pour le monde entier".

"Des personnes de différentes nationalités et croyances deviennent des victimes et la seule façon de faire face à cette menace est d'avoir une large coopération internationale", a ajouté M. Poutine dans le message rapporté par le Kremlin.

Un peu plus tard, le ministère russe des Affaires étrangères a rapporté que six Russes avaient été tués vendredi au Radisson, précisant qu'ils travaillaient pour une entreprise de fret aérien.

En tout 12 Russes étaient présents au moment de l'attaque contre l'hôtel Radisson Blu, tous des employés de l'entreprise Volga-Dnepr, mais six ont pu être libérés.

Les victimes "ont été tuées par balle par les assaillants dans le restaurant dès les premières minutes de l'attaque", précise le communiqué.

EGYPTE

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères égyptien a également condamné "l'attaque terroriste". Les attaques "terroristes dont ont été témoins plusieurs pays récemment, montrent que le terrorisme est un phénomène mondial qui nécessite l'unification de tous les efforts pour l'affronter et l'arracher à ses racines", souligne le texte du ministère.

Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions de l'islam sunnite basée en Egypte, a de son côté condamné vendredi "une attaque terroriste brutale" contre l'hôtel de Bamako, assurant que l'islam était "innocent de ces pratiques terroristes."​

CHINE

Le président chinois Xi Jinping a "fermement condamné" samedi l'attaque dans laquelle trois Chinois sont morts.

La Chine "va renforcer sa coopération internationale, pour combattre les activités terroristes violentes qui touchent des innocents, pour maintenir la paix et la tranquillité", a déclaré Xi Jinping selon un texte cité par la télévision centrale.

L'entreprise publique chinoise China Railway Construction, a confirmé la mort de trois de ses cadres qui étaient en visite au Mali pour discuter de projets de coopération avec des gouvernements africains.

Quatre ressortissants chinois ont été secourus, selon le ministère des Affaires étrangères chinois.

ONU

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a condamné vendredi cette "attaque terroriste odieuse", soulignant qu'elle se produisait "à un moment où des progrès importants sont constatés dans le processus de paix" entre le gouvernement et l'ex-rébellion à dominante touareg du Nord, signataires d'un accord de paix en mai-juin.

La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), ainsi que les groupes armés pro-gouvernementaux ont également condamné la tuerie.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG