Liens d'accessibilité

Attaque en Côte d'Ivoire : une Macédonienne parmi les victimes


Un soldats monte la garde devant l'hôtel Etoile du Sud sur la station balnéaire de Bassam où a eu lieu l'attaque jihadiste, en Côte d'Ivoire, 13 mars 2016

Un soldats monte la garde devant l'hôtel Etoile du Sud sur la station balnéaire de Bassam où a eu lieu l'attaque jihadiste, en Côte d'Ivoire, 13 mars 2016

Andreevska Mitrovska, volontaire macédonienne à la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci), figure parmi les civils tués dans l’attaque de la station balnéaire du Grand-Bassam, revendiquée par l’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L'Onuci a "condamné" la mort d'Andreevska Mitrovska, arrivée en Côte d'Ivoire le 28 décembre 2015, après avoir servi en Afghanistan de 2012 à 2015.

Quatre Français comptent également parmi les 18 victimes de cette première attaque jihadiste de ce type menée en Côte d'Ivoire.

Quinze civils et trois membres des forces de sécurité ivoiriennes étaient tués au cours de l'attaque.

Les ministres français des Affaires étrangères et de l'Intérieur, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve, sont arrivés mardi à Abidjan pour témoigner de la solidarité de Paris avec la Côte d'Ivoire dans la lutte contre les jihadistes, au surlendemain de l'attentat.

L'ONU avait décidé en janvier de réduire les effectifs de l'Onuci qui devraient passer de 5.437 à 4.000 personnes d'ici le 31 mars, pour tenir compte de l'amélioration de la sécurité et du bon déroulement de l'élection présidentielle d'octobre. La mission de l'ONU compte aussi 1.500 policiers.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG