Liens d'accessibilité

Assad reste vague sur les S-300


Bachar al-Assad, dans son interview télévisée le 30 mai

Bachar al-Assad, dans son interview télévisée le 30 mai

Dans une interview télévisée, le président syrien Bachar al-Assad a dit que la Russie a commencé à remplir certaines conditions de ses contrats d’armement, mais il n’a pas confirmé avoir reçu de son allié russe des systèmes sophistiqués – et controversés - de défense anti-aérienne.

Moscou a promis de livrer à l’armée gouvernementale syrienne des missiles russes S-300, en dépit des avertissements de Tel-Aviv, qui affirme qu’Israël considèrerait de telles livraisons comme une menace à sa sécurité.

« Ce n'est pas notre coutume de parler publiquement de questions militaires », a souligné M. Assad, ajoutant que les différents contrats de défense avec la Russie « n'ont rien à voir » avec la guerre civile en cours en Syrie.

Jeudi, alors que les médias évoquaient des livraisons de S-300, la presse israélienne citait un haut responsable israélien qui aurait déclaré que l'Etat hébreu réagirait lorsque le système de missiles S-300 serait opérationnel. Le quotidien israélien Haaretz a cité des propos du conseiller à la sécurité nationale, Yaakov Amidror, selon qui il faudrait entre trois et six mois pour que ces systèmes soient opérationnels.

M. Assad a également averti que ses forces répondraient à toute future frappe israélienne contre son pays. Cet avertissement faisait suite à des frappes aériennes israéliennes début mai qui, selon les responsables israéliens, visaient des livraisons présumées de missiles à son ennemi juré, le Hezbollah.
XS
SM
MD
LG