Liens d'accessibilité

Art contemporain : quand l’Afrique fait son show à New York !

  • Jacques Aristide

L'une des sept galeries africaines présentes à l'Armory Show de New York, 2 mars 2016

L'une des sept galeries africaines présentes à l'Armory Show de New York, 2 mars 2016

Le continent de même que sa diaspora ont été mis à l’honneur en ce mois de mars à l’Armory Show de New York, la fameuse foire d’art contemporain qui se tient chaque année dans la plus grande ville des Etats-Unis.

Le thème du focus sur l’Afrique est on ne peut plus ambitieux: « perspectives africaines, coup de projecteur sur les pratiques artistiques dans un contexte international ». Un focus africain organisé par deux journalistes, Yvette Mutumba et Julia Grosse, fondatrices du site Internet « Contemporary And ». Une occasion que VOA Afrique ne pouvait pas rater bien évidemment. Petite visite guidée à l’Armory Show 2016…

C’est une chance de pouvoir prendre part à cet événement.

Un événement annuel immanquable en matière d’art contemporain : l’Armory Show, vieux de 103 ans, demeure l’une des foires américaines les plus prisées. Cette année, elle a accueilli 205 galeries venant de 36 pays, faisant de cette édition 2016 la plus internationale dans toute l’histoire de la foire.

Et cette année, l’Afrique y était à nouveau représentée. Une Afrique incarnée notamment par les photographies de Namsa Leuba. Née d’une mère guinéenne et d’un père suisse, Namsa explore dans son travail personnel sa double appartenance. Et c’est ce qu’elle est venue exposer à l’Armory Show.

« C’est une chance de pouvoir prendre part à cet événement. C’est vrai que je suis née en Suisse, mais j’ai été élevée dans la culture africaine. Enfant, je faisais de longs séjours en Guinée avec ma famille. L’Afrique offre d’autres perspectives. Même si les cultures y sont totalement différentes – lorsque vous comparez des pays tels que le Nigeria, la Guinée et l'Afrique du Sud par exemple -, il y a tout de même quelque chose d'unique », nous confie Namsa Leuba.

-Afro-futurisme et luttes anticoloniales-

Sur le stand voisin, nous avons droit à quelques-unes des œuvres de Kapwani Kiwanga, artiste contemporaine canadienne vivant à Paris. Elle est liée à la Tanzanie par ses origines familiales. Les travaux de Kapwani, exposés par les galeries Jérôme Poggi (Paris) et Tanja Wagner (Berlin), mettent à profit sa formation dans le champ des sciences sociales, d’autant qu’elle traite des notions telles que l'Afro-futurisme, les luttes anticoloniales et leur mémoire. Kapwani a été nommée ‘commissioned artist’ par l’Armory Show.

Les dessins et œuvres sur papier (galerie Mariane Ibrahim) de Ruby Onyinyechi Amanze, artiste d'origine nigériane

Les dessins et œuvres sur papier (galerie Mariane Ibrahim) de Ruby Onyinyechi Amanze, artiste d'origine nigériane

Un peu plus loin, les dessins et œuvres sur papier de Ruby Onyinyechi Amanze, artiste d'origine nigériane qui veut mettre en exergue le regard nouveau qu’elle a sur la vie grâce à son pays d’adoption, les États-Unis.

L’Armory Show, organisé par l’Association des marchands d’art américains, a donc abrité du 3 au 6 mars dernier au total sept galeries africaines qu’ont pu faire venir les deux commissaires du Focus africain, Yvette Mutumba et Julia Grosse, en dépit des obstacles financiers et problèmes de visa.

L’objectif de la présence africaine n’était pas uniquement de casser les clichés autour de l'Afrique mais aussi de permettre aux artistes, conservateurs et collectionneurs originaires du continent d'établir des liens avec l'audience internationale.

XS
SM
MD
LG