Liens d'accessibilité

Arrestation de deux Kényans soupçonnés d'organiser des attentats pour "un groupe iranien"


Des soldats patrouillent à Nairobi en attendant le pape, le 25 novembre 2015. (AP Photo/Andrew Medichini)

Des soldats patrouillent à Nairobi en attendant le pape, le 25 novembre 2015. (AP Photo/Andrew Medichini)

La police dit avoir des "preuves irréfutables" que les deux hommes ont été recrutés "au sein d'un réseau d'espionnage iranien" dont la mission était "d'organiser des attentats dans la ville".

Deux Kényans soupçonnés d'avoir été recrutés par un "groupe iranien" pour organiser des attentats au Kenya ont été arrêtés, a annoncé samedi à Nairobi le chef de la police kényane Joseph Boinett.

"Nous avons des preuves irréfutables qu'ils ont été recrutés au sein d'un réseau d'espionnage iranien", a déclaré M. Boinett à la presse.

"La mission de ce réseau était d'organiser des attentats dans cette ville, visant non seulement des intérêts occidentaux, mais également nos concitoyens", a-t-il ajouté, remerciant "d'autres agences de sécurité" pour leur coopération, sans autre détail, ni sur la nationalité des agences concernées, ni sur le réseau auquel sont accusés d'appartenir les deux suspects.

M. Boinett a présenté les deux hommes comme étant Abubaker Sadiq Louw, 69 ans, et Yassim Sambai Juma - dont il n'a pas précisé l'âge. Selon la presse kényane, Yassim Sambai Juma serait âgé d'environ 25 ans.

Abubaker Sadiq Louw a été recruté "il y a plusieurs années" et a reçu l'ordre de "recruter d'autres Kényans", dont Yassim Sambai Juma. Les deux hommes ont effectué "plusieurs voyage en Iran, lors desquels ils ont rencontré leurs officiers traitants et se sont vu désigner des cibles et remettre de l'argent".

L'annonce de ces arrestations survient au lendemain du départ du pape Francis du Kenya, à l'issue d'une visite de 48 heures, première étape d'une tournée africaine qui l'a mené ensuite en Ouganda et se terminera lundi en Centrafrique.

Des mesures de sécurité draconiennes avaient été prises durant le séjour papal au Kenya, pays visé ces deux dernières années par plusieurs attaques d'ampleur des islamistes somaliens shebab.

Des intérêts israéliens au Kenya - allié de l'Etat hébreu - ont également été la cibles d'attentats par le passé.

En mai 2013, la justice kényane avait condamné deux Iraniens à la prison à vie pour possession d'explosifs en vue de commettre des attentats au Kenya.

Ahmed Mohammed, 50 ans, et Sayed Mansour, 51 ans, arrêtés en juin 2012, avaient conduit la police à 15 kg de RDX, un puissant explosif militaire, cachés dans un golf de Mombasa, deuxième ville du pays et important centre touristique sur la côte de l'océan Indien.

Selon le tribunal, l'explosif devait être utilisé pour des attentats à Mombasa et Nairobi. A l'époque, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait accusé l'Iran de préparer des attentats contre les intérêts israéliens au Kenya.

AFP

XS
SM
MD
LG