Liens d'accessibilité

Arrestation d'un ancien porte-parole du président Jonathan soupçonné de corruption


L'ancien dirigeant nigérian Goodluck Jonathan salue la foule à Abuja, Nigeria, le 29 mai 2015.

L'ancien dirigeant nigérian Goodluck Jonathan salue la foule à Abuja, Nigeria, le 29 mai 2015.

Un ancien porte-parole du président nigérian Goodluck Jonathan a été interpellé et était interrogé dans le cadre d'une enquête sur le détournement présumé de fonds destinés à la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram.

"Nous avons arrêté Reuben Abati et il est interrogé en relation avec des questions à la limite de la corruption", a déclaré le porte-parole de la Commission pour les crimes économiques et financiers (EFCC), Wilson Uwuajaren.

Il a précisé que l'ancien porte-parole qui fut un éditorialiste populaire et patron de la rédaction du quotidien indépendant Guardian avant de servir le président Jonathan avait été arrêté lundi et était toujours en détention.

Une source au sein de l'EFCC a précisé que l'enquête portait sur le détournement de fonds destinés à l'achat d'armes pour combattre Boko Haram.

M. Abati est soupçonné d'avoir reçu de l'argent de l'ancien conseiller à la sécurité nationale Sambo Dasuki.

Le colonel Dasuki, 60 ans, est poursuivi pour trois affaires différentes, dans un scandale portant sur un détournement de plus de deux milliards de dollars de fonds qui auraient dû être alloués à la Défense mais ont servi à payer la campagne électorale de M. Jonathan, en 2015, alors que le pays souffrait de l'insurrection du groupe jihadiste Boko Haram.

Cette insurrection a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis 2009 et a atteint son pic en 2013 sous la présidence de M. Jonathan.

L'ancien président a été battu l'an dernier par son rival Muhammadu Buhari qui a depuis lancé une vaste campagne anti-corruption visant les proches du gouvernement précédent.

Un deuxième responsable, selon une autre source au sein de l'EFCC, l'ancien ministre du territoire de la capitale fédérale, Abuja, Bala Mohammed, a également été arrêté lundi.

"Il est interrogé en relation avec des millions de dollars qu'il aurait détournés quand il était en fonction", selon cette source.

Il est également soupçonné d'avoir alloué "de manière contestable" des terrains de la capitale à ses fils et à des copains, a ajouté la source.

Dans une déclaration mise en ligne mardi par le groupe PRNigeria, l'ex président Jonathan affirme "ne pas croire que quelqu'un ait pu voler 2,2 milliards de dollars", en référence à son ancien conseiller à la sécurité nationale, le colonel Dasuki.

"Nous avons acheté des bateaux de guerre, nous avons acheté des avions, nous avons acheté un tas d'armes pour l'armée, etc, et vous me dites 2,2 milliards, eh bien où avons-nous trouvé l'argent pour acheter tout cela", a-t-il dit après une conférence donnée à Londres.

L'ancien dirigeant estime exagérées les accusations de corruption sous son mandat.

"Oui, il y a eu quelques histoires. Oui, il y encore des problèmes de corruption mais en partie exagérés", a-t-il expliqué, jugeant que cela donnait "une très mauvaise impression de notre nation".

"Vous ne pouvez pas dire que le conseiller à la sécurité nationale a volé 2,2 milliards de dollars. Ce n'est tout simplement pas possible", a-t-il ajouté.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG