Liens d'accessibilité

L'Argentine et Messi à l'épreuve du rêve américain pour la Copa America 2016


Lionel Messi à Seattle, Wisconsin le 14 juin 2016 contre la Bolivie dans le cadre de la Copa America 2016.

Lionel Messi à Seattle, Wisconsin le 14 juin 2016 contre la Bolivie dans le cadre de la Copa America 2016.

Ce mardi, l'Argentine affrontera les États-Unis pour les demi-finales de la Copa America 2016, un match très attendu sur le terrain de Houston.

Sur la route qui peut les mener à un titre tant espéré depuis 1993, l'Argentine et sa star Lionel Messi tombent sur les Etats-Unis, pays-hôte qui rêve de grandeur, en demi-finales de la Copa America 2016 mardi (20 heures locales, 3 heures françaises, 1 heures GMT) à Houston.

Tout se présente bien pour l'Albiceleste qui voit la vie en... bleu.

Ménagé durant la phase de poules, Messi affiche une forme étincelante, comme il l'a montré face au Venezuela, dompté 4 à 1 en quarts de finale, avec un but et une passe décisive de l'attaquant du FC Barcelone.

Gerardo Martino, lui, a l'embarras du choix: ses attaquants ont déjà marqué 14 fois et ce malgré l'absence lors des deux derniers matches d'Angel Di Maria qui, débarrassé de sa gêne musculaire à une cuisse, pourrait faire son retour contre les Etats-Unis.

Mieux encore, a noté le sélectionneur argentin, ces joueurs "se reprennent à rêver", ce qui est bon signe, selon lui, après les cruelles désillusions en finale du Mondial-2014, face à l'Allemagne (1-0 a.p.) et de la Copa America 2015, face au Chili (0-0 a.p., 4 tab à 1).

"Ce n'est pas facile pour une équipe qui est passée tout près lors des deux dernières grandes compétitions d'être à nouveau dans le dernier carré," a-t-il fait remarquer.

Messi se sait attendu, par tout un pays, sevré de titres depuis 23 ans et la victoire dans la Copa America 1993, par la planète football aussi qui ne manque pas de souligner son incapacité à gagner sous le maillot argentin.

"C'est clair que j'ai envie de gagner quelque chose avec mon pays et je veux tout faire pour", a admis le quintuple Ballon d'Or qui partage, depuis son but contre le Venezuela, le 54e de sa carrière, le titre de meilleur buteur de l'histoire de l'Albiceleste avec Gabriel Batistuta.

Messi: 'Sur la bonne voie'

"Nous sommes sur la bonne voie, mais cela sera très difficile contre les Etats-Unis qui jouent devant leur public, c'est une équipe très forte physiquement qui peut faite beaucoup de dégâts si on les laisse jouer", a prévenu la "Pulga" (littéralement la puce) qui, à 28 ans, a déjà tout gagné avec le Barça.

L'Argentine, N.1 mondiale et grande favorite de la Copa America du Centenaire, a beaucoup plus à perdre dans ce duel que les Etats-Unis qui ont déjà réussi leur tournoi et, sans doute, sauvé la tête de leur sélectionneur Jürgen Klinsmann.

Mais l'ancien international allemand veut enlever tout complexe à ses joueurs: "Il ne faut pas faire de l'Argentine une plus grande équipe qu'elle n'est, on doit croire en nos chances face aux +grosses+ équipes", a-t-il insisté.

La victoire en quart de finale contre l'Equateur (2-1) a toutefois laissé des traces. Klinsmann sera privé de trois joueurs-clefs pour défier l'Albiceleste: Jermaine Jones, exclu et donc suspendu, Alejandro Bedoya et Bobby Wood, suspendus pour accumulations d'avertissements.

"Nous avons confiance, nous nous sentons costauds", a insisté Geoff Cameron qui forme avec John Brooks l'une des meilleures charnières défensives du tournoi.

"Cela va être un match difficile, c'est évident", a renchéri Kyle Beckerman qui devrait être titularisé en remplacement de Jones.

"Mais on n'est pas venu pour faire de la figuration, on veut gagner et on s'en croit capable", a-t-il conclu comme pour résumer l'essence du rêve américain qui pourrait virer au cauchemar pour l'Argentine.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG