Liens d'accessibilité

Arabie saoudite : funérailles vendredi du roi Abdallah


Photo d'archives: le roi Abdallah d’Arabie saoudite, 29 octobre 2007.

Photo d'archives: le roi Abdallah d’Arabie saoudite, 29 octobre 2007.

Ses obsèques ont eu lieu dans les traditions en vigueur en Arabie saoudite, où les manifestations excessives de deuil sont interdites.

Les funérailles du roi Abdallah d’Arabie saoudite ont lieu vendredi 23 janvier 2015, quelques heures seulement après une transition harmonieuse avec l’intronisation d’un nouveau roi et d’un prince héritier pour dissiper les craintes d'instabilité dynastique au moment où cette région du monde est en crise.

Le roi Abdallah, un allié de longue date des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme islamiste, est mort tôt vendredi matin à l’âge de 90 ans après une longue maladie.

Son demi-frère et ministre de la Défense depuis 2012, le prince héritier Salman, qui serait âgé de 79 ans, lui succède à la tête du royaume saoudien.

Le nouveau roi a promis dans un discours télévisé de poursuivre la politique de son prédécesseur. « Par la grâce de Dieu, nous prendrons le même droit chemin que ce pays a emprunté depuis sa création par le défunt roi Abdulaziz », a-t-il déclaré.

Reuters rapporte que le nouveau souverain a convoqué le Conseil d'allégeance et a désigné le prince Moukrine comme son héritier et prince de la couronne.

"Son altesse Salman bin Abdelaziz Al Saoud et tous les membres de la famille et toute la nation pleurent le Gardien des deux saintes mosquées, le roi Abdallah bin Abdelaziz, qui est décédé à 01h00 exactement ce matin", est-il écrit dans un communiqué.

Jointe par VOA Afrique, Elisabeth Vandenheede estime qu'il s'agit d'un non-évènement tant la succession est préparée des années à l'avance dans la monarchie saoudienne.

"Cette mort était attendue. Le roi n'aura règne que dix ans. Son successeur, le roi Salman, va continuer la même politique vis-à-vis de l'Iran ou des réformes à mener", explique la chercheuse à l’université libre de Bruxelles.

Funérailles

Les funérailles du défunt roi ont lieu vendredi en présence de plusieurs dirigeants étrangers musulmans, dont le président égyptien Abdel Fattah al Sissi, un de ses plus proches alliés depuis que l'armée a repris le pouvoir au Caire en 2013, et le président turc Recep Tayyip Erdogan, selon Reuters.

Conformément aux traditions en vigueur en Arabie saoudite, où les manifestations excessives de deuil sont interdites, le corps d'Abdallah, enveloppé dans un linceul blanc, a été porté par ses proches jusqu'à la mosquée, pour des prières dirigées par le roi Salman. L’inhumation devait suivre au cimetière, dans une tombe anonyme.

Les dirigeants étrangers non musulmans pourront présenter leurs condoléances et rendre hommage au nouveau souverain et au prince héritier dans les prochains jours, a précisé la famille royale.

Le roi Abdallah, qui serait né en 1924, était hospitalisé à Ryad depuis le mois de décembre en raison d'une pneumonie. Il était monté sur le trône en 2005 après la mort de son demi-frère Fahd.

En réalité, à son accession, il gouvernait de fait le royaume en raison de la mauvaise santé de Fahd victime d'un infarctus.

Le président américain Barack Obama a présenté ses condoléances personnelles et les sympathies du peuple américain au peuple saoudien et à la famille royale. M. Obama a dit que le roi a toujours été un homme franc et a eu le courage de ses convictions, y compris en utilisant les relations américano-saoudiennes comme une force pour la sécurité et la stabilité.

XS
SM
MD
LG