Liens d'accessibilité

Après moins de trois ans d'existence, Al-Jazeera America s'arrête


Un employé pénètre dans le centre de diffusion d'Al Jazeera America dans le centre de Manhattan à New York.

Un employé pénètre dans le centre de diffusion d'Al Jazeera America dans le centre de Manhattan à New York.

Lancée en fanfare en 2013, la chaîne Al-Jazeera America, pendant américain de la grande chaîne qatarie d'information continue, vivait mardi son dernier jour d'antenne, faute d'avoir su trouver un public.

La qualité de la couverture par la chaîne a été unanimement reconnue et elle a remporté plusieurs prix prestigieux de journalisme, mais son audience n'a jamais décollé et elle n'a pas non plus atteint ses objectifs en terme de revenus publicitaires.

La fermeture de la chaîne avait été annoncée en janvier. Pour ses dernières heures d'antenne mardi soir, elle doit présenter une émission de trois heures mettant en lumière sa couverture de grands événements depuis son lancement.

"Nous avons eu le privilège de couvrir des histoires de gens qui incarnent la force et la résilience de l'esprit humain, qui se sont battus pour le bien, qui ont combattu l'adversité et dont les histoires et la voix méritaient d'être rapportées", a indiqué le groupe dans un communiqué. "Il reste tellement de gens à travers l'Amérique dont les histoires ne sont pas racontées, mais elles méritent d'être entendues".

Al-Jazeera n'a jamais donné de chiffres d'audience mais certains spécialistes avancent le chiffre de seulement 30.000 téléspectateurs environ pour le créneau crucial du "prime time" à 21H00 locales.

Al-Jazeera n'avait pas hésité à débourser environ 500 millions de dollars pour racheter, fin 2012, la petite chaîne câblée Current TV, sur laquelle elle a bâti son projet. Au total, 850 personnes avaient été embauchées pour travailler dans 12 bureaux à travers les Etats-Unis (sur un total de 70 dans le monde).

Al-Jazeera America promettait de bousculer l'information continue à la télévision, chasse gardée de Fox News, le leader incontesté, de CNN et de MSNBC.

Outre ses audiences en berne, la chaîne a également dû faire face à plusieurs procès pointant un environnement de travail inhospitalier.

La chaîne a aussi été sérieusement éreintée après avoir laissé entendre que la femme de l'emblématique joueur de football américain Peyton Manning, cinq fois sacré meilleur joueur de la NFL, s'était fait livrer des hormones de croissance, un produit dopant.

Pour rester présent sur le marché américain, Al-Jazeera a annoncé que, parallèlement à la fermeture de sa chaîne américaine, le groupe entendait renforcer sa présence en ligne et sur l'ensemble des supports mobiles.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG