Liens d'accessibilité

Appel à la grève générale en RDC : Kinshasa tourne au ralenti


Des policiers en faction devant le Palais du Peuple, siège du Parlement de la RDC, à Kinshasa, lundi 5 décembre 2011.

Des policiers en faction devant le Palais du Peuple, siège du Parlement de la RDC, à Kinshasa, lundi 5 décembre 2011.

Radio brouillée, circulation fluide, transports et écoles vides : la vie tournait au ralenti mardi à Kinshasa, suite à l'appel à la grève générale d'une coalition d'opposition.

Kinshasa tournait au ralenti mardi, engourdie par une grève générale lancée par l'opposition au président Joseph Kabila qui a été peu suivie à Lubumbashi, la deuxième ville de la République démocratique du Congo.

Dans la capitale, il était impossible de capter par voie hertzienne la radio française RFI, très populaire en RDC, dont les deux fréquences étaient brouillées.

Les écoles et l'université étaient désertées et sur les grands axes, la circulation était extrêmement fluide, alors que la mégapole de dix millions d'habitants est habituellement asphyxiée par les embouteillages au son des klaxons.

Après plusieurs heures de paralysie des transports publics, la ville s'est éveillée timidement vers 10H00 (09H00 GMT), mais les bus circulaient pratiquement à vide, la marée quotidienne d'écoliers et collégiens en uniformes bleu et blanc avait disparu des rues et la plupart des boutiques restaient fermées à la mi-journée.

Les autorités avaient averti les fonctionnaires qu'ils seraient soumis à un pointage de rigueur mardi. Au comptoir de Congo Airways, la compagnie aérienne publique, les préposés à la vente des billets étaient à leur poste, mais impossible d'acheter son ticket: le guichet de la banque privée chargé de l'encaissement est fermé.

Plusieurs habitants disent avoir voulu s'assurer que la situation était "calme", dans une ville habituée aux violences à caractère politique, avant d'aller travailler.

En janvier 2015, plusieurs dizaines de personnes ont été tuées à Kinshasa dans des émeutes et leur répression. Les événements étaient partis d'un mouvement de contestation lancé par l'opposition mais ayant rapidement échappé au contrôle de ses organisateurs.

La présence d'un important dispositif de sécurité était palpable dans les quartiers populaires qui s'étaient enflammés il y a 13 mois.

Kabila "dupé"

Le 16 février marque l'anniversaire de la répression meurtrière de la "marche des chrétiens" de 1992 partie des églises catholiques de Kinshasa après la messe dominicale pour tenter d'arracher la démocratie au dictateur Mobutu Sese Seko.

Estimant la démocratie "menacée", une coalition d'opposants a appelé à commémorer cet événement par une grève générale dans tout le pays afin d'adresser un "avertissement" au chef de l'État.

La perspective de la tenue d'une présidentielle s'éloigne chaque jour davantage et l'opposition accuse M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et dont le mandat s'achève en décembre, de manoeuvrer pour contourner l'interdiction constitutionnelle qui lui est faite de se représenter.

Ces enjeux dépassent Henri-Paul, fonctionnaire, planté à attendre un bus qui ne vient pas en espérant pouvoir pointer dans son administration.

"Que ces politiciens se mettent d'accord, dit-il, lorsqu'ils se disputent, c'est nous le petit peuple qui en payons le prix".

Mardochée Nsele est "wewa" (taxi-moto) et suit le mouvement de grève. "Peut-être que ça va changer quelque chose dans le pays. Il faut que ça change, une meilleure gouvernance ne sortira que s'il y a la démocratie", dit cet homme de 30 ans affirmant être licencié en droit et n'avoir d'autre gagne-pain que sa moto.

L'immense majorité des Kinois survit grâce à de petits boulots informels. Pour nombre de ces "taux du jour", la question de travailler ou pas ne se pose pas.

"Moi, je suis là pour travailler mais il n'y a pas de clients", dit Innocent, motard, d'un air dépité sur la Place des Victoire au coeur de Kinshasa pratiquement vide.

"A cet endroit, a cette heure-ci, il y a un monde fou (...)Mais là, le mot d'ordre a été une réussite", estime un policier en civil rentrant du commissariat après son service. "Si le président de la République pouvait se déguiser et prendre une voiture pour sillonner la ville de Kinshasa, il verrait que la majorité est en train de le duper" en affirmant que tout va bien, ajoute-t-il.

A Lubumbashi (sud-est), selon plusieurs témoins, la situation était "pratiquement normale" avec une affluence dans les rues un peu moins forte que d'habitude et un très important déploiement de la police et de l'armée dans la ville.

Selon les responsables de deux des principales entreprises minières qui font vivre la région, l'activité n'avait pas été entravée par la grève.

A Bukavu (est), bastion d'un des dirigeants de l'opposition, le mot d'ordre de grève générale était globalement bien suivi.

AFP

XS
SM
MD
LG