Liens d'accessibilité

Ankara satisfait de l'accord entre Washington et Moscou sur la Syrie


Le secrétaire d 'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se serrent la main à l'issue de leur conférence de presse après leur réunion à Genève, en Suisse, 9 septembre 2016.

Le secrétaire d 'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se serrent la main à l'issue de leur conférence de presse après leur réunion à Genève, en Suisse, 9 septembre 2016.

La Turquie accueille "avec satisfaction" l'accord sur "une trêve en Syrie", qui permettra d'"acheminer plus facilement une aide humanitaire", a affirmé dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères.

Washington et Moscou, qui soutiennent chacun des camps adverses en Syrie, ont annoncé une trêve dont l'entrée en vigueur est prévue lundi, au premier jour de l'Aïd el-Adha.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan "a suivi de près" les négociations pour la mise en place d'un cessez-le-feu, a précisé le ministère. M. Erdogan avait révélé mercredi s'être entretenu à ce sujet avec le président américain Barack Obama en marge du G20 en Chine.

La Turquie compte poursuivre ses efforts pour qu'"à Alep comme dans toutes les régions de Syrie, les gens aient moins de problèmes, vivent dans une paix durable, sans affrontement", et espère qu'"une solution politique au conflit" sera trouvée, selon le communiqué.

Ankara a entamé "les préparatifs pour qu'une aide humanitaire soit acheminée à Alep" - grande ville du nord de la Syrie où la situation humanitaire est effroyable -, a ajouté le ministère turc des Affaires étrangères.

En plus de cinq ans, le conflit syrien a fait plus de 290.000 morts et poussé à l'exode des millions de personnes.

Moscou - allié du régime du président Bachar al-Assad - et Washington - soutien des rebelles modérés - cherchent à relancer un plan de paix adopté fin 2015 par la communauté internationale et qui comprend un cessez-le-feu durable, de l'aide humanitaire conséquente et un processus de transition politique entre le régime et l'opposition modérée.

L'accord entre les deux puissances survient alors que les forces armées turques ont lancé une offensive militaire - "Bouclier de l'Euphrate" - le 24 août pour chasser les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) du nord de la Syrie mais qui vise également à stopper l'avancée des combattants kurdes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG