Liens d'accessibilité

Fin de la grève de la faim d’un opposant après 36 jours en Angola


L'opposant angolais Nuno Dala

L'opposant angolais Nuno Dala

L’avocat de Nuno Dala, opposant condamné à quatre ans et demi de prison, annonce l’intention de son client d’arrêter la grève de faim entamée depuis près d’un mois et une semaine.

Le jeune homme a tenu 36 jours, comme le rappeur Luaty Beirao, également condamné à la prison, l'avait fait en décembre et janvier.

Le chiffre 36 représente le nombre d'années au pouvoir du président José Eduardo dos Santos, en poste depuis 1979.

"J'ai reçu une lettre de Nuno Dala qui m'annonce son intention de mettre un terme à sa grève de la faim à partir de minuit ce 15 avril", a indiqué son avocat Luís de Nascimento à des journalistes. Sa soeur et son épouse ont confirmé à l'AFP qu'il mettait un terme à son action.

Son avocat a décrit Dala comme "très affaibli et abattu, mais conscient". Dans sa lettre, Dala explique qu'il cesse sa grève de la faim parce que les autorités ont largement accédé à son exigence de lui rendre des biens personnels confisqués lors de son arrestation, et en réponse aux appels de nombreux amis et sympathisants lui demandant d'interrompre son jeûne.

Nuno Dala fait partie des 17 militants d'opposition condamnés à des peines de deux à huit ans de prison ferme le 28 mars, notamment pour tentative de coup d'Etat contre le président Jose Eduardo dos Santos. Tous ont nié les faits.

Leur procès, qui s'est étalé sur plusieurs mois, a servi de tribune aux adversaires du régime pour dénoncer l'arbitraire et l'absence de respect des droits de l'Homme en Angola.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG