Liens d'accessibilité

Angola: deuxième producteur de pétrole africain et mortalité infantile record


Vue generale de Luanda, mai 2015.

Vue generale de Luanda, mai 2015.

Hôpitaux surchargés, mortalité infantile record, manque criant de matériel: l'épidémie de fièvre jaune qui frappe l'Angola met en lumière l'état déplorable des services publics de santé, aggravé par la chute des cours du pétrole qui touche le deuxième producteur africain d'or noir.

l'Angola enregistre aujourd'hui le pire taux de mortalité au monde parmi les enfants de moins de 5 ans, avec 167 décès sur 1.000 naissances.

"Le système de santé angolais est gratuit et entièrement assisté par l'Etat. Il n'y a quasiment pas d'impôts. Or le budget de l'Etat dépend totalement du pétrole", explique Hernando Agudelo Ospina, le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Angola.

Avec la chute du cours du pétrole, le pays se trouve privé de ressources vitales. A tel point que Luanda a demandé en avril l'assistance financière du Fonds monétaire international (FMI).

"Avec la crise du pétrole qui a débuté en 2015, le budget des hôpitaux a baissé de 50%", constate Luis Bernardino, médecin à l'Hôpital pédiatrique public de Luanda, dans le centre-ville.

"Les salaires n'ont pas été affectés mais le budget biens et services (notamment les médicaments) si", ajoute-t-il. Dans son établissement, 25 personnes meurent chaque jour, en majorité du paludisme, la première cause de mortalité en Angola selon l'OMS.

Depuis décembre, une grave épidémie de fièvre jaune, la pire depuis trente ans en Angola, vient encore gonfler le nombre de victimes d'un système sanitaire en totale déliquescence.

La fièvre jaune, qui se transmet par les moustiques, a fait 258 morts sur 618 cas confirmés, selon les derniers chiffres de l'OMS.

L'épidémie est cependant en train de reculer, affirme Hernando Agudelo Ospina. Une campagne de vaccination financée par l'Etat avec l'aide de l'OMS a permis d'immuniser 6 millions de personnes, quasiment toute la ville de Luanda, l'épicentre.

Face à la situation sanitaire désastreuse, la colère est néanmoins palpable dans la population et vise le train de vie fastueux du chef d'Etat Jose Eduardo dos Santos et de sa fille Isabel, milliardaire et femme la plus riche d'Afrique, selon le magazine américain Forbes.

Sur les réseaux sociaux, d'insoutenables vidéos montrent un flot ininterrompu de familles lavant leurs morts, souvent des enfants, dans la cour d'un hôpital public de Luanda avant de les placer dans des cercueils.

Se faire soigner dans un établissement privé est inabordable pour l'écrasante majorité de la population, même pour la classe moyenne. Une journée d'hospitalisation peut vite dépasser des milliers de dollars.

Avec AFP.

XS
SM
MD
LG