Liens d'accessibilité

L'Américain "probablement" enlevé par le groupe jihadiste Mujao


Le ministre de l'intérieur nigérien Mohamed Bazoum dans un camp de déplacés à l'extérieur de Diffa, au sud du Niger, le 18 juin 2016.

Le ministre de l'intérieur nigérien Mohamed Bazoum dans un camp de déplacés à l'extérieur de Diffa, au sud du Niger, le 18 juin 2016.

L'Américain Jeffery Woodke enlevé vendredi dans l'ouest du Niger est "probablement" aux mains du groupe jihadiste du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), a déclaré à l'AFP le ministre de l'Intérieur nigérien Mohamed Bazoum.

"On pense que c'est le Mujao. Nous avons suivi les ravisseurs quand ils ont franchi la frontière malienne. Ceux-ci se sont dirigés vers la région de Menaka (est du Mali), près de la frontière nigérienne, une zone contrôlée par le Mujao", a affirmé M. Bazoum, joint au téléphone depuis Abidjan.

Le ressortissant américain "a été probablement enlevé par le Mujao ou bien il aurait été livré au Mujao par ceux qui l'ont enlevé", a ajouté le ministre nigérien de l'Intérieur. "Nous n'avons aucun contact avec le Mujao qui est une organisation terroriste", a-t-il souligné.

Parfaitement intégré et parlant les langues locales, M. Woodke, qui travaillait pour une ONG et résidait au Niger depuis 1992, a été enlevé vendredi soir par des hommes armés arrivés à bord d'un 4x4 dans la localité d'Abalak, une préfecture de la région de Tahoua située à 350 km au nord-est de Niamey.

Un garde national et le gardien de la maison ont été tués par les ravisseurs qui ont ensuite pris la fuite.

L'armée nigérienne avait aussitôt mobilisé ses troupes pour traquer les ravisseurs.

Le Mujao faisait partie des groupes alliés à Al-Qaïda qui ont contrôlé le vaste nord du Mali pendant près de dix mois entre 2012 et janvier 2013.

Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France avec son opération Serval, remplacée depuis août 2014 par Barkhane. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Le Mujao a enlevé des Occidentaux à plusieurs reprises par le passé.

Une zone sahélienne instable

Le groupe avait aussi kidnappé en février 2014 cinq humanitaires maliens - quatre membres du CICR et un vétérinaire d'une autre ONG entre Kidal (nord-est malien) et Gao dans le nord du pays. Ils avaient été libérés mi-avril 2014 à la faveur d'une opération menée par des soldats français.

Toute la zone sahélienne du Niger et du Mali est particulièrement instable.

Le 7 octobre, 22 soldats nigériens ont été tués dans un camp de réfugiés maliens à Tazalit, à environ 300 km au nord-est de Niamey, au cours d'une attaque par des hommes armés venus du Mali. Trois soldats avaient également été blessés, selon l'armée nigérienne.

Pour empêcher l'infiltration de groupes armés, le Niger a déployé un important contingent le long de sa longue frontière avec le Mali, théâtre de plusieurs attaques.

Sur le plan diplomatique, Niamey ne cesse de réclamer une résolution du conflit au Mali.

La région de Tahoua, dont est originaire le président nigérien Mahamadou Issoufou, est voisine de celle d'Agadez, où les Etats-Unis disposent d'une base militaire pour faire notamment décoller des drones de renseignements et de surveillances des mouvements jihadistes.

Le Niger, pays sahélien presque entièrement désertique et parmi les plus pauvres du monde, doit également faire face dans le sud-est du pays aux attaques incessantes des islamistes nigérians de Boko Haram.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG