Liens d'accessibilité

Alpha Condé annonce que l’armée guinéenne est prête à combattre Boko Haram


Alpha Condé, le président de la Guinée

Alpha Condé, le président de la Guinée

Selon le président guinéen, l’armée de son pays s’engagera dans le bassin du Lac Tchad, dans le cadre de la force régionale pour combattre les islamistes.

Alpha Condé a fait cette annonce lors d'une conférence de presse à Niamey, où il achève une visite de deux jours.

"Cela dépendra de ce que nos frères (du Nigeria et ses voisins) nous demanderons, c'est à eux de nous dire ce qu'ils attendent de nous", a affirmé M. Condé, indiquant que la Guinée était prête à apporter toute forme d'aide qu'on lui demandera à la lutte contre Boko Haram.

La force régionale appelée Force d'intervention conjointe multinationale (MNJTF) sera constituée de de 8.700 hommes devant provenir du Nigeria, du Niger, du Tchad, du Cameroun et du Bénin.

Le quartier général de cette force militaire régionale est basé à N'Djamena au Tchad et elle est commandée par le général nigérian Iliya Abba.

"Le début de ce mois d'août verra l'opérationalisation" de la force et elle "permettra très rapidement d'éradiquer Boko Haram" qui "a déjà été très très fortement affaibli", a assuré le président du Niger Mahamadou Issoufou.

"Quelle que soit la volonté du Niger ou du Tchad, il faut d'abord une forte implication du Nigeria", sinon, "je ne vois pas comment on peut vaincre Boko Haram", a insisté le président Condé.

Le Tchad et le Niger se sont souvent plaints d'un manque de coordination avec l'armée nigériane, et d'avoir été empêchés de conduire des opérations en profondeur contre Boko Haram sur le territoire nigérian.

Les armées du Nigeria, du Tchad, du Niger et du Cameroun luttent ensemble contre les insurgés, auxquels elles ont infligé de sérieux revers ces derniers mois. Mais les violences et les attentats du mouvement armé qui a fait allégeance au groupe Etat islamique (EI) demeurent quotidiennes.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG