Liens d'accessibilité

L'Allemagne attend 300.000 demandeurs d'asile cette année


Les enfants migrants jouent dans un camp de réfugiés en Allemagne, le 15 octobre 2015.

Les enfants migrants jouent dans un camp de réfugiés en Allemagne, le 15 octobre 2015.

L'Allemagne s'attend à accueillir cette année jusqu'à 300.000 demandeurs d'asile sur son territoire, a indiqué dimanche l'office fédéral pour les migrants et réfugiés (BAMF), soit moins du tiers du total des demandeurs d'asile accueillis en 2015.

"Nous nous préparons à l'arrivée de 250.000 à 300.000 demandeurs d'asile cette année", déclare le président du BAMF, Frank-Juergen Weise, dans un entretien au journal Bild am Sonntag.

"Nous pouvons assurer des services optimum jusqu'à 300.000 arrivées. S'il venait plus de personnes, nous serions sous pression et passerions à un mode dit de crise. Quand bien même, nous ne retrouverions pas les conditions que nous avons connues l'année dernière", ajoute-t-il.

En 2015, environ 1,1 million de migrants sont arrivés en Allemagne, un record absolu, soumettant l'administration en charge des demandes d'asile à une forte pression et mettant à l'épreuve la chancelière Angela Merkel et son gouvernement de coalition.

La fermeture de la route des Balkans et la signature d'un accord controversé entre l'UE et la Turquie en mars, destiné à tarir les traversées irrégulières depuis les côtes turques vers les îles grecques --principales portes d'entrées de l'UE-- ont conduit à la baisse des arrivées de migrants en provenance du Moyen-Orient et d'Afghanistan.

Le BAMF a fait des progrès concernant l'enregistrement des demandes d'asile, selon Frank-Juergen Weise, mais ne parviendra probablement pas à examiner les 530.000 cas restants d'ici la fin de l'année.

L'intégration des migrants autorisés à rester en Allemagne sur le marché du travail sera un processus "fastidieux et coûteux", d'après le responsable, qui reste toutefois optimiste sur les perspectives à long terme.

"Nous pouvons le faire", a t-il déclaré, faisant écho au slogan de Mme Merkel pendant la crise migratoire. "Nous avons finalement réussi à plutôt bien gérer ce qui allait mal au début de cette crise (il y a un an). Et l'économie en Allemagne est si bonne que, dieu merci, nous pourrons assumer ça".

L'opinion reste divisée sur la politique de Mme Merkel. La chancelière, qui début septembre avait ouvert les frontières aux migrants, a depuis quelque peu durci sa politique mais considère que l'Allemagne est en mesure d'intégrer les centaines de milliers de nouveaux arrivants.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG