Liens d'accessibilité

Afrique : rôle des membres des familles présidentielles - le Sénégal


Macky Sall, président du Sénégal

Macky Sall, président du Sénégal

Dans une nouvelle série de VOA Afrique sur les membres des familles présidentielles en Afrique, Sohkna Natta MBaye rapporte qu'au Sénégal, à l'instar de plusieurs autres pays du continent, des proches du chef de l'Etat occupent des postes de responsabilité.

Malgré les critiques de l'opposition, la belle-famille, le frère ou encore d'autres membres de la famille du président Macky Sall continuent de cheminer à ses côtés .

Pour sa part, la majorité estime qu'il n'y a rien de choquant, vu que les personnes concernées sont compétentes et militantes du parti.

Au Sénégal, quatre années après l'élection du président Macky Sall, la dynastie Faye-Sall est sur toutes les lèvres. Pour l'opposition ou encore la société civile, le chef de l'état a voulu imposer les membres de sa famille et de sa belle-famille en les plaçant ou les nommant à des postes stratégiques.

Le frère du président, Aliou Sall, un ancien journaliste, a été cité à plusieurs reprises dans des scandales financiers (affaire Petro Timet on l'a également accusé d'être actionnaire majoritaire de la BDK Banque de Dakar).

Malgré tout, il est maire, président de l'Association des maires du Sénégal. Il y a également Mansour Faye beau-frère du chef de l'état qui est ministre, maire et avait dirigé auparavant la délégation à la solidarité nationale.

Pourtant, il y'a une dizaine d'années, quand Abdoulaye Wade voulait imposer son fils Karim Wade aux membres du Parti démocratique sénégalais, Macky Sall à l’époque président de l’Assemblée nationale, était parmi ceux qui sesont opposé.

« Je dirai à ta mère que tu as bien travaillé »

A l’issue du sommet de l’Organisation de la conférence islamique organisée au Sénégal en 2008, Abdoulaye Wade alors président de la République et avait confié l’organisation de cet événement à son fils Karim Wade le félicitait en ces termes : « Je dirai à ta mère que tu as bien travaillé ». Cette phrase reste fraîche dans la mémoire des Sénégalais.

Pour beaucoup, c’était clair, Wade venait d’entamer son projet de dévolution monarchique du pouvoir. Par la suite, le Président Wade a nommé fils Karim en 2009 ministre de la coopération internationale, de l’aménagement du territoire, des transports aériens et des infrastructures.

Des opposants et la presse le surnomment super ministre ou encore ministre du ciel et de la terre. Avec les grands chantiers de Dakar, l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique, la fortune de Karim Wade est estimé à 700 milliards de francs Cfa. Ce qui lui a valu trois ans de prison et un procès après une traque menée par la CREI la Cour de répression de l’enrichissement illicite.

Dans le clan des Wade, il y’a aussi la fille Sindiély Wade. Elle n’a pas été à des niveaux de responsabilités aussi élevés que son frère, mais elle a tout de même était citée dans des scandales financiers. Elle a eu droit au comité d’organisation du Fesman le Festival mondial des arts nègres en 2010. Sindiély a eu plus de chance que son frère, pas de poursuites judiciaires et pas de procès non plus. Sindiély a dû tout de même rembourser 400 millions de francs CFA après avoir été épinglée par un rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige).

Durant son magistère, Abdoulaye Wade n’a jamais voulu que l’on fouille dans la gestion de ses enfants. Et Macky Sall-alors président du Parlement- l’a appris à ses dépens quand il a voulu convoquer Karim Wade à l’Assemblée Nationale. Le président Wade annule la convocation et c’est le début du divorce entre Macky Sall et son mentor.

Le destin semble tout de même donner raison à Macky Sall, il devient le quatrième président de la République le 25 mars prenant ainsi le dessus sur le leader du Parti démocratique sénégalais.

De Wade à Sall

Quatre années après la chute du régime de Wade l'histoire semble se répéter avec Macky Sall. Les Sénégalais entendent parler de la dynastie Faye-Sall, les noms de famille de la première dame et du président de la République.

Quelques mois seulement après l'élection du leader de l'Alliance pour la République (Apr/Yakaar), des voix s'élèvent pour critiquer l'implication subite et flagrante de ses proches dans la gestion des affaires publiques. Selon Abdou Mbow vice-président à l'Assemblée Nationale et responsable des jeunes de l'Apr, "cette notion de dynastie Faye-Sall que l'on évoque n'existe que dans l'imagination des Sénégalais.

Mais toutefois les faits sont là. Tout d’abord, Mansour Faye frère de la première dame a dirigé la Délégation générale pour la solidarité nationale quelques temps avant d'être nommé ministre de l'Hydraulique et de l'assainissement.

Il est également maire de Saint-louis la plus grande ville du nord du pays. Dans un entretien accordé à des confrères en 2012, il déclarait avoir toutes les compétences requises pour occuper de hauts postes.

Et Abdou Mbow d'ajouter que "ce n'est pas parce qu'on n'est pas frère de la première dame que l'on ne doit pas occuper des postes de responsabilité, surtout si on est militant". Toujours selon lui, Mansour Faye est l'un des membres fondateurs du parti et en dehors de cela, Macky Sall privilégie les compétences quand il nomme des personnes.

"Ce sont les opposants qui parlent de dynastie Faye-Sall pour faire mal et nous mettre en mal avec la population sénégalaise" insiste-t-il.

Un autre frère de la première dame Adama Faye. Ce membre de l’Apr avait été candidat à la mairie de Grand-Yoff, une commune de Dakar. Il a finalement désisté au profit de l’ancien premier ministre Aminata Touré. Certains le qualifient de conseiller occulte du président de la République.

Un autre proche de la famille Sall , Abdourahmane Seck Homère président du conseil d’administration de Petrosen (société nationale pétrolière) et président du conseil départemental de la ville de Rufisque. Il est le beau-père de la première dame Marième Faye Sall.

La personne qui intrigue le plus est sans nul doute le frère de Macky Sall, Aliou Sall. En ce moment il est maire de Guédiawaye, une ville de la banlieue dakaroise et il est à la tête de l'Association des maires du Sénégal (Ams). Là aussi, rien de surprenant si l'on se fie au responsable politique Abdou Mbow. "Aliou Sall est allé à la conquête des suffrages des populations de Guédiawaye et ce sont elles qui l'ont élu maire, ensuite il été choisi par ses pairs pour les diriger.

L'affaire Petro Tim

Le président n'y est pour rien du tout. En plus c'est un poste électif et non nominatif". En dehors de ce fait, Aliou Sall a plusieurs fois été cité dans l'affaire Petro tim. Dans une déclaration, l'ancien président Abdoulaye Wade a cité nommément Aliou Sall comme étant le détenteur de 30% des actions de la société pétrolière. A son tour, le concerné a démenti en jurant n'être actionnaire dans aucune société pétrolière. Il faut noter que citer quelqu'un dans un dossier, ne veut pas dire qu'il est coupable.

Seulement, Birahim seck du forum civil, très engagé dans la lutte contre la corruption, a déclaré dans une émission radiophonique “soupçonner” un délit d’initié entre le président de la République, Macky Sall, ex-directeur général de Petrosen et ancien ministre de l’Energie et son frère, Aliou Sall, gérant réel de Petro-Tim, à cause des connexions existantes entre les sociétés.

Petro Tim avait 90% et l’État du Sénégal 10% avec Petrosen. Le 3 avril 2014, Petro-Tim a cédé à Timis Corporation les 90%. Ce qui veut dire que Petro-Tim était une société écran. Donc, elle a cédé les 90% à Timis Corporation qui est un collaborateur du gérant de Petro-Tim, qui est Aliou Sall», a ajouté encore Birahim Seck avant de poursuivre. «Écoutez bien ce que je dis. Timis Corporation, dans ces 90%, a cédé à Kosmos Energie 60% à hauteur de 200 milliards de F Cfa. Et c’est Kosmos Energie qui est en train d’explorer le pétrole et qui a découvert également le gaz».

"Je pense qu’il ne faut pas être euphorique. Les Sénégalais semblent souvent oublier les choses très vite. Ce gaz-là a une parfaite relation avec l’affaire Petro-Tim. Rappelez-vous que la société Petro-Tim, gérée en son temps par Aliou Sall, avait bénéficié d’un contrat d’exploration et d’exploitation du pétrole au niveau de ces puits dont on parle aujourd’hui, c‘est-à-dire Saint-Louis Offshore et CayarOffshore", a commencé par faire savoir Birahim Seck.

Poursuivant son raisonnement, le responsable du Forum civil finira par avouer. "Tout ça s‘est très vite passé. Autrement dit, nous soupçonnons qu’il y ait un délit d’initié. Notre président actuel était directeur de Petrosen. Notre président actuel était aussi, si je ne me trompe pas, ministre chargé des hydrocarbures, ministre de l’Energie précisément. Donc, il était en parfaite connaissance des gisements et des potentialités dont le Sénégal devait disposer en matière de cadastre minier".

D’ailleurs ces declarations lui ont valu une convocation à l’Office national de lutte contre la corruption (Ofnac) ce lundi 04 juillet 2016. Par la suite, la convocation a été reporté après au jeudi 07 juillet 2016 c’est a dire après la fête de l'Aid-el-fitr, célébrant la fin du mois de Ramadan.

Avec toutes les accusations portées sur ces proches du président Macky Sall, ils évitent le plus souvent d'accorder des interviews aux journalistes. En ce qui concerne Aliou Sall, nous avons essayé de le contacter sans succès et Mansour Faye se trouvait hors du Sénégal lors de la rédaction de cet article.

Pour Déthié Fall vice-président du parti Rew-mi créé par l'ancien premier ministre Idrissa Seck, Macky Sall est en train de commettre les mêmes erreurs que son prédécesseur sinon pires.

"C'est dommage après toutes ces années de lutte contre le projet de d'évolution monarchique du président Abdoulaye Wade que toutes mes forces vives ont eu à se mobiliser pour rejeter ce projet. C'est dommage après cette page tournée avec le président Macky Sall, qui en son temps était à nos côtés, qu'on assiste avec lui cette forte présence de la famille dans la gestion des affaires publiques. Il est de notoriété de définir une frontière entre le public et le privé.

Il se trouve que tous les membres de ta famille sont à tes côtés et au premier plan pour la gestion des affaires publiques cela pose un problème d'équité et de justice". L'opposant fait allusion comme tant d'autres a l'affaire Petro Tim. "Aliou Sall a été cite dans ce dossier et depuis lors il n'y a aucune poursuite judiciaire. Le plus grave on a entendu certains ministres rendre grâce à la première dame, parce qu'ils lui devaient leur nomination".

En effet, le ministre de la communication Mbagnick Ndiaye clamait haut et fort sa reconnaissance à l'encontre de Marième Faye Sall. Il ne s'est pas arrêté là puisque d'après lui, d'autres ministres comme celui des sports doivent leur entrée dans le gouvernement à la première Dame.

Cette implication de la famille du président n'est pas une nouveauté et surtout en Afrique. C'est Seydi Gassama qui parle. Selon le directeur exécutif d'Amnesty International /Sénégal, lorsque John Fitzgerald Kennedy était président des États-Unis, son frère Robert Kennedy était le procureur général des États-Unis et son frère Ward Moore a été sénateur du Massachusetts."

Tant que les membres de la famille sont des gens vertueux, compétents qui peuvent apporter un plus a l'administration du parent au pouvoir, généralement cela ne pose pas problème.

Les difficultés arrivent lorsqu'il y'a une présence trop envahissante de la famille ou quand les proches malgré leur incompétence sont dans l'appareil de l'État". Pour le membre de la société civile, le président Sall devrait tirer une grande leçon de ce qui s'est passé avec Abdoulaye Wade. Malheureusement dans la gestion des deniers publics, il est extrêmement difficile de les gérer ici en Afrique sans commettre de dérives".

Les dérives, il en existe souvent. Malgré l'indignation de la société civile, de l'opposition et de certains Sénégalais, des membres de la famille présidentielle continuent d'occuper des postes de responsabilités. Pour la majorité, il n'y a riende nouveau.

Dossier spécial de S. N. Mbaye

XS
SM
MD
LG