Liens d'accessibilité

Afrique du Sud: Malema n'exclut pas d'utiliser la violence pour renverser le gouvernement


Julius Malema, chef du parti d'opposition sud-africain des Combattants pour la Liberté Economique (EFF), lors d'une séance au Parlement, au Cap, Afrique du Sud, 11 février 2011. (AP Photo/Schalk van Zuydam, Pool)

Julius Malema, chef du parti d'opposition sud-africain des Combattants pour la Liberté Economique (EFF), lors d'une séance au Parlement, au Cap, Afrique du Sud, 11 février 2011. (AP Photo/Schalk van Zuydam, Pool)

L’opposition dont il est le chef de file au Parlement, réclame le départ du président sud-africain Jacob Zuma qu'elle accuse d'avoir corrompu le pays.

Julius Malema, chef du parti d'opposition sud-africain des Combattants pour la Liberté Economique (EFF), a affirmé dans une interview à Al-Jazeera, diffusée dimanche soir, qu'il allait "bientôt perdre patience" et qu'il n'excluait pas d'avoir recours à la violence pour renverser le gouvernement.

"Nous n'avons pas peur de l'armée, nous n'avons pas peur de nous battre. Nous allons combattre", explique Julius Malema dans l'interview.

Relancé par le journaliste qui lui demande clairement si cela signifie qu'il est prêt à prendre les armes, M. Malema répond sans ambiguïté: "oui littéralement, je le pense littéralement".

"Nous allons perdre patience très bientôt et nous allons faire partir ce gouvernement à la pointe du fusil", a-t-il poursuivi.

Depuis plusieurs mois, les EFF réclament le départ du président sud-africain Jacob Zuma qu'ils accusent d'avoir corrompu le pays.

Fin mars, le chef de l'Etat a été reconnu coupable par la justice d'avoir violé la Constitution en refusant de rembourser une partie des 20 millions d'euros d'argent public utilisés pour rénover sa résidence privée.

Régulièrement, les députés du parti de Malema perturbent les séances parlementaires en interpellant la présidente de l'Assemblée sur des points de règlement ou en scandant des slogans anti-Zuma.

L'an dernier, ils avaient été expulsés manu militari par la sécurité du parlement, après des échanges de coups de poing.

"Nous sommes une organisation pacifique (...) mais le gouvernement répond avec tant de violence. Ils nous frappent au Parlement, ils envoient les soldats quand les gens protestent", a déploré Julius Malema, dans l'interview accordée à Al-Jazeera.

Le leader des EFF, 35 ans, qui se fait appeler "Commandant en chef" par ses supporters, a été exclu de l'ANC, le parti au pouvoir, en 2012 quand il dirigeait alors la ligue des jeunes du parti.

Il a fondé un an plus tard les EFF, parti de gauche radicale, qui ont fait son entrée au Parlement lors des dernières élections législatives de mai 2014, où ils ont obtenu 6,35% des voix et 25 députés, devenant la troisième formation politique du pays.

Les EFF espèrent confirmer leur ancrage dans le paysage politique sud-africain lors des prochaines élections municipales qui se tiendront le 3 août.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG