Liens d'accessibilité

Une centaine de marins arrêtés à bord de trois bateaux chinois pour pêche illégale en Afrique du Sud


Un chalutier chinois s’apprête à jeter l'ancre au large de Freetown, Sierra Leone, 18 novembre 2012. Selon Greenpeace, le nombre de bateaux chinois opérant dans les eaux africaines a bondi de 13 navires en 1985 à 462 en 2013.

Un chalutier chinois s’apprête à jeter l'ancre au large de Freetown, Sierra Leone, 18 novembre 2012. Selon Greenpeace, le nombre de bateaux chinois opérant dans les eaux africaines a bondi de 13 navires en 1985 à 462 en 2013.

Les autorités sud-africaines ont annoncé avoir interpellé 96 marins qui pêchaient illégalement à bord de trois bateaux chinois ce week-end, dans l’océan Indien au large de Port Elizabeth, dans le sud du pays.

Une patrouille maritime "a arraisonné trois bateaux étrangers", indique un communiqué conjoint du ministère de l'Agriculture, de l'agence de sécurité maritime (SAMSA) et du ministère de la Défense.

Sicelo Fayo, un responsable de la SAMSA, a confirmé à l'AFP que les chalutiers étaient immatriculés en Chine.

Les trois bateaux ont été arraisonnés dimanche alors qu'ils tentaient d'échapper aux patrouilles maritimes et ont été escortés vers le port d'East London, quelques centaines de kilomètres plus au nord. A leur bord, 600 tonnes de calamars ont été retrouvés.

Les 96 marins qui étaient à bord ont été arrêtés et sont actuellement détenus sur leurs bateaux pour avoir violé les lois internationales en pêchant illégalement.

Le ministre sud-africain de l'Agriculture et de la Pêche, Senzeni Zokwana, a fait part son inquiétude concernant le braconnage croissant des poissons dans les eaux sud-africaines.

"Nous ne pouvons pas tolérer le pillage de nos ressources marines", a t-il déclaré dans le communiqué.

Une étude de l'association Greenpeace menée l'an dernier montre que le nombre de bateaux chinois opérant dans les eaux africaines a bondi de 13 navires en 1985 à 462 en 2013.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG