Liens d'accessibilité

Afrique de l'Ouest et centrale : le développement rural "incontournable" pour réduire la pauvreté


Le développement rural, qui passe par l'aide aux petits producteurs pour gagner en productivité et se diversifier, est "incontournable" pour la réduction de la pauvreté, selon le Fonds international de développement agricole (Fida), qui a publié son rapport mondial 2016 qui contient une étude sur l'Afrique centrale et de l'Ouest.

"Le développement rural reste une des pièces maîtresses pour réussir la réduction de la pauvreté. L'agriculture et le développement rural sont des dimensions incontournables pour véritablement agresser la pauvreté", a expliqué à l'AFP à Abidjan mercredi Michel Mordasini, le vice-président du Fida.

"Il est illogique qu'aujourd'hui l'Afrique importe 35 milliards de dollars de denrées alimentaires. Le continent, et plus particulièrement l'Afrique de l'Ouest et du centre, ont le potentiel pour nourrir leur population et exporter. Et donc, pour nous c'est quelque chose qui est plutôt factuel. Pas un rêve non!", a ajouté M. Mordasini.

"En Afrique de l'Ouest et du centre, l'agriculture s'est développée ces deux dernières décennies d'une manière impressionnante (croissance moyenne de 3,68% par an). Par contre l'essentiel de cette croissance est intervenue par l'extension des terres et un accroissement de la main-d'oeuvre sans gain de productivité".

"La productivité agricole n'est pas là où elle devrait être (...) Il nous faut passer à un niveau supérieur avec plus de valeur ajouté", estime-t-il.

"Il n'y a aucune chance que l'agriculture africaine se transforme en utilisant que la houe", a asséné Benedict Kanu, expert agriculture de la Banque Africaine de développement (BAD).

"Il est essentiel d'attirer les investissements privés dans l'agriculture et l'économie rurale non agricole", souligne le rapport.

Il faut à la fois "permettre aux agriculteurs d'améliorer leur productivité" tout en les incitant à se diversifier tant au niveau de la production que de l'activité dans la transformation de leur produit notamment, explique M. Mordasini.

"Il y a dans toute la région (Afrique de l'Ouest et centrale) un potentiel supérieur pour diversifier les productions", selon lui.

"L'absence de perspectives économiques et sociales pour la majorité des jeunes de la région est le principale moteur de migration" rappelle le vice-président du Fida pour qui "les habitants des régions rurales doivent pouvoir bénéficier des outils, des compétences et des politiques de soutien nécessaires pour assurer leur intégration économique, de manière à ce qu'ils puissent gagner décemment leur vie, renforcer leur sécurité alimentaire et revitaliser leurs communautés".

"L'agriculture contribuera non seulement à nourrir une population croissante, mais créera également des emplois et offrira aux populations rurales un moyen de s'affranchir de la pauvreté et de la faim", précise-t-il.

"C'est un message de grand optimisme parce qu'il y a un potentiel énorme", conclut-il.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG