Liens d'accessibilité

Africa CEO Forum : Ouattara mise sur le secteur privé et l'emploi des jeunes


Le président ivoirien Alassane Ouatarra

Le président ivoirien Alassane Ouatarra

L'Afrique a besoin du secteur privé pour relever ses énormes défis et assurer son développement, a affirmé à Abidjan le président ivoirien Alassane Ouattara, misant sur un partenariat "gagnant-gagnant" entre les secteurs privé et public.

L’Africa CEO Forum Awards, le forum des grandes entreprises africaines s'est ouvert le lundi 21 mars à Abidjan. Organisé sur deux jours, ce Davos africain réunit 800 participants dont 500 PDG africains et une centaine de banquiers.

"C'est le secteur privé qui contribuera le plus à accélérer le développement économique de l'Afrique", a déclaré M. Ouattara en ouvrant l'Africa CEO Forum Awards, une réunion qui distingue les performances économiques des dirigeants et des entreprises en Afrique.

"Un partenariat gagnant-gagnant à long terme entre le secteur privé et le public permettra à nos économies de prospérer de façon pérenne", a-t-il poursuivi devant des chefs d'entreprises du continent dont Aliko Dangote, le roi du ciment nigérian et l'homme le plus riche d'Afrique.

Le président ivoirien a énuméré les défis "énormes" auxquels est confronté le continent : "une hausse du coût des financements, un environnement international morose causé par la forte chute des cours de matières premières, le terrorisme...".

Pour y faire face, M. Ouattara a jugé "impératif" la création d'emplois pour les jeunes, "souvent malheureusement instrumentalisés par les terroristes".

La Côte d'Ivoire, première puissance économique d'Afrique de l'Ouest francophone, a rendu dimanche un hommage solennel aux victimes d'un attentat jihadiste sans précédent qui a fait 19 morts, la semaine dernière dans la ville de Grand-Bassam, une station balnéaire proche d'Abidjan.

M. Ouattara dont le pays a affiché un taux de croissance de "10,3% en 2015" (contre 8,5% en 2014) a également insisté sur le rôle joué par le secteur privé dans la transformation des matières premières.

"C'est ainsi que notre continent pourra créer encore plus croissance, plus de richesse et plus d'emplois (...) avec un secteur privé stimulateur d'innovation et de transfert de technologies" a-t-il souligné.

L'économie du continent africain devrait croître de 4,4% en 2016 et 5% en 2017, selon les chiffres de la Banque africaine de développement (BAD).

Le forum accueille mardi le président du Ghana, John Dramani Mahama, attendu lundi soir à Abidjan.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG