Liens d'accessibilité

L’Afrique, un grand potentiel pour les investisseurs


L'ancien secrétaire américain au Trésor Robert Rubin à la conférence de New York

L'ancien secrétaire américain au Trésor Robert Rubin à la conférence de New York

De l’avis de Johan de Bruijn, gérant de portefeuille, d’excellentes possibilités existent en Afrique, un marché de quelques 900 millions de consommateurs. Toutefois, certains pays sont ignorés, a-t-il déploré.

L’Afrique est généralement perçue comme une source de matières premières. Une conférence vient de réunir, à New York, des PDG africains, des investisseurs internationaux, des gérants de fonds de pension et des professionnels des marchés pour explorer les possibilités d’investissement dans ce continent.

L’ancien secrétaire américain au Trésor, Robert Rubin, qui s’est adressé aux participants à la conférence de New York, a souligné que l’Afrique offre, en plus des matiéres premiéres, des possibilités dans les domaines des médias, des télécommunications et des infrastructures notamment.

« Il me semble que les Etats-Unis devraient beaucoup plus s’intéresser à l’Afrique non seulement pour ses matières premières, mais aussi pour une gamme étendue de possibilités qu’elle offre. Il n’y a aucune raison que notre présence n’y soit pas aussi importante que celle de la Chine, sinon plus », a déclaré Robert Rubin.

L’Afrique, un grand potentiel pour les investisseurs

L’Afrique, un grand potentiel pour les investisseurs

Eddy Njoroge dirige KenGen, une entreprise kenyane d’électricité comptant quelques six millions de clients. Il pense que sa compagnie peut être une aubaine pour les investisseurs. « Nous espérons atteindre 3 000 megawatts au cours des trois prochaines années. A l’année 2030, nous espérons dépasser les 10 000 mégawatts. Aussi, nous aurons besoin de beaucoup de partenariat », a-t-il dit.

Ekow Afedzie, lui, est directeur-adjoint de la bourse du Ghana. « C'est un marché assez réduit. Nous avons 35 entreprises cotées, des multinationales pour la plupart. Lorsque les marchés étaient en baisse à travers le monde, le notre affichait une hausse d’environ 58% », a déclaré Afedzie.

Sao Tomé mise sur le pétrole au large de ses côtes

Sao Tomé mise sur le pétrole au large de ses côtes

De l’avis de Johan de Bruijn, gérant de portefeuilles, d’excellentes possibilités existent en Afrique, un marché de quelques 900 millions de consommateurs. Toutefois, certains pays sont ignorés, a-t-il déploré. « Je pense que les investisseurs n’ont pas songé aux pays francophones. Une chose est importante : le fait d’avoir une monnaie et une banque centrale commune. Je pense qu’avec la montée des cours des matières premières comme le café, le cacao, l’huile de palme, pour lesquels nombre de ces pays sont des leaders mondiaux, comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, cela suscitera beaucoup d’intérêt », a-t-il fait remarquer.

Pour l’heure, 15 compagnies africaines seulement sont cotées à la bourse de Wall Street. L’instabilité politique, le manque d’infrastructures et la pauvreté constituent encore des défis majeurs en Afrique.

XS
SM
MD
LG