Liens d'accessibilité

Afghanistan: les talibans nient échanger des informations avec la Russie sur l'EI


Afghan National Army soldiers guard at a checkpoint on the way to the Sangin district of Helmand province, Afghanistan, Wednesday, Dec. 23, 2015.

Afghan National Army soldiers guard at a checkpoint on the way to the Sangin district of Helmand province, Afghanistan, Wednesday, Dec. 23, 2015.

Les rebelles talibans afghans ont nié échanger des informations avec la Russie au sujet de leur ennemi commun, le groupe jihadiste Etat islamique (EI) de plus en plus présent en Afghanistan, démentant en cela des déclarations d'un haut responsable russe.

Les talibans, dont l'insurrection a démarré à la chute de leur régime en 2001, tentent de préserver leur pré carré de l'est de l'Afghanistan où des combattants se réclamant de l'EI s'implantent progressivement depuis le début de l'année, notamment dans la province de Nangarhar, à la frontière du Pakistan.

La Russie mène, elle, depuis fin septembre des frappes aériennes en Syrie contre les "groupes terroristes", dont l'EI. Le groupe sunnite extrémiste est donc de facto l'ennemi commun de Moscou et des talibans, comme l'a expliqué mercredi Zamir Kaboulov, représentant spécial du Kremlin pour l'Afghanistan. "Les intérêts des talibans coïncident objectivement avec les nôtres", a-t-il dit à l'agence de presse Interfax.

"J'ai déjà dit auparavant que nous avions des canaux de communication avec les talibans pour échanger des informations", a-t-il rappelé.

Mais dans un message mis en ligne vendredi sur leur site internet, les talibans afghans ont nié "avoir besoin de l'aide de quiconque concernant le soi-disant Etat islamique. Nous n'avons eu aucun contact, ni aucune discussion avec qui que ce soit à ce sujet".

Les combattants se réclamant de l'EI en Afghanistan sont bien souvent d'anciens talibans déçus par la direction du mouvement qui leur a caché la mort de leur figure tutélaire, le mollah Omar, décédé en 2013 mais dont le décès n'a été annoncé que cet été.

Mais malgré les gains de l'EI dans l'est du pays, les talibans ont affirmé dans leur message posté sur internet que leurs rivaux "n'ont qu'une présence dans une petite zone d'une seule des 34 provinces (afghanes, ndlr) et cela n'est pas un motif de préoccupation".

A l'inverse de l'EI, qui contrôle des pans entiers de l'Irak et de la Syrie, les talibans afghans limitent leur insurrection aux frontières du seul Afghanistan.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG