Liens d'accessibilité

Le chef des talibans blessé dans un échange de tirs en Afghanistan


Le ollah Akthar Mansour, chef des rebelles talibans afghans

Le ollah Akthar Mansour, chef des rebelles talibans afghans

Des responsables afghans et des sources talibanes confirment que le mollah Akthar Mansour, successeur du mollah Omar, a été blessé dans un échange de tirs.

"Mansour a été grièvement blessé", a déclaré à l'AFP Sultan Faizi, porte-parole du premier vice-président afghan Abdul Rashid Dostum.

Un autre responsable gouvernemental afghan et plusieurs sources internes à la rébellion ont également affirmé à l'AFP que le chef des talibans avait été blessé, sans préciser la gravité de ses blessures.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole officiel des talibans, Zabihullah Mujahid, a en revanche nié qu'Akhtar Mansour ait été blessé.

Akhtar Mansour a officiellement succédé l'été dernier au chef historique des talibans, le mollah Omar, dont il était le numéro deux, juste après l'annonce à rebours de la mort de ce dernier.

Mais sa rapide nomination avait été contestée par certaines factions de la rébellion, notamment la famille du mollah Omar mais aussi plusieurs chefs militaires.

Akhtar Mansour "a été transporté dans un hôpital, et on ne sait pas s'il va survivre à ses blessures", selon M. Faizi.

Selon une source talibane, quatre personnes ont été tuées dans cet échange de tirs, et plusieurs autres blessées.

"Akhtar Mansour fait partie des blessés, mais on ne sait pas la gravité", a-t-il ajouté, un récit confirmé par une autre source rebelle.

Les sources divergeaient aussi sur le lieu de l'affrontement, certaines évoquant Kandahar, principale ville du sud afghan et berceau des talibans, d'autres Quetta, un refuge historique des talibans au Pakistan, de l'autre côté de la frontière entre les deux pays.

L'affrontement aurait selon des sources rebelles eu lieu au domicile d'Abdullah Sarhadi, un commandant proche de Mansour et ancien détenu de Guantanamo, d'où il a été libéré il y a quelques années.

Lors de cette réunion, "des divergences sont apparues, le ton est monté, Sarhadi a ouvert le feu et les autres ont répliqué", a déclaré une de ces sources.

Chassés du pouvoir à la fin 2001 par une intervention militaire menée par les Etats-Unis, les fondamentalistes talibans mènent depuis une tenace rébellion contre le gouvernement afghan et ses alliés de l'Otan.

Très actifs dans leurs bastions traditionnels du sud et de l'est afghans, le long de la frontière pakistanaise, les talibans le sont également de plus en plus dans le nord.

Fin septembre ils avaient frappé un grand coup symboliquement en parvenant à entrer dans Kunduz, verrou stratégique sur la route du Tadjikistan, et à tenir la ville pendant trois jours, une première pour des insurgés qui contrôlent surtout des zones rurales.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG