Liens d'accessibilité

Affaire Probo Koala : Trafigura assignée en justice aux Pays-Bas


(Photo publiée par Greenpeace)

(Photo publiée par Greenpeace)

Des dizaines de milliers de victimes du déversement de déchets toxiques par le cargo Probo Koala à Abidjan en 2006 ont assigné en justice aux Pays-Bas la société affréteuse Trafigura, réclamant des indemnités, a-t-on appris mercredi auprès de leurs avocats.

C'est la deuxième assignation en justice contre la société devant le tribunal d'Amsterdam, après que plus de 100.000 victimes avaient débuté des procédures similaires en février 2015.

Dans les documents déposés devant le tribunal d'Amsterdam, une fondation représentant les victimes "argumente que Trafigura a agi de manière illégale envers ceux qui souffrent de problèmes de santé provoqués par les déchets toxiques", ont assuré les avocats dans un communiqué.

Le nombre exact de victimes représentées dans cette affaire n'a pas été finalisé mais se situe "autour de 70.000 personnes", a affirmé l'un des avocats, Bojan Dekker, soulignant que le montant exigé pour les compensations devait encore être déterminé.

Le déversement des déchets toxiques du Probo Koala en août 2006 à Abidjan, en Côte d'Ivoire, avait causé la mort de 17 personnes et des dizaines de milliers d'intoxications, selon la justice ivoirienne.

Trafigura a toujours nié que le déversement ait provoqué décès et maladies graves.

La multinationale, spécialisée dans le courtage pétrolier, a ses quartiers généraux en Suisse mais est enregistrée aux Pays-Bas. Elle n'a jamais été condamnée pour le déversement alors que des accords à l'amiable ont été conclus en Grande-Bretagne et en Côte d'Ivoire.

Le tribunal d'Amsterdam a confirmé avoir reçu les documents mais a précisé qu'aucune date n'avait été choisie pour une éventuelle audience. La première procédure, lancée en février 2015, est toujours en cours, a ajouté la porte-parole du tribunal, Anke Pouw.

Interrogés par l'AFP, les avocats des victimes n'ont pas précisé ce qui différencie la deuxième assignation de la première, ni si les victimes des deux procédures étaient les mêmes ou étaient différentes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG