Liens d'accessibilité

Affaire Habré : plainte à Dakar contre le président tchadien Idriss Deby


Idriss Deby, le président du Tchad

Idriss Deby, le président du Tchad

La plainte a été déposée mercredi par un avocat sénégalais devant le tribunal spécial africain qui juge à Dakar son prédécesseur Hissène Habré.

Me Mbaye Jacques Ndiaye, l'auteur de la plainte, indique que les plaignants sont tchadiens.

"Il s'agit d'une plainte pour les crimes de génocide, crimes de guerre, crimes contre l'humanité et tortures, à l'initiative de certaines victimes", affirme Me Ndiaye.

Le tribunal spécial s'est contenté de confirmer, sans autre détail, le dépôt de la plainte . "Une plainte a effectivement été déposée hier (mercredi)" au greffe des CAE (Chambres africaines extraordinaires), "elle vise M. Deby", a-t-on dit.

Selon Me Mbaye Jacques Ndiaye cité par RFI, les faits reprochés à Idriss Deby Itno concernent 1990 - "avant le 1er décembre", date à laquelle il a renversé Hissène Habré.

Ce dernier a dirigé le Tchad de juin 1982 à décembre 1990 puis a été contraint à l'exil après avoir été chassé du pouvoir par Idriss Deby Itno, son ancien chef de l'armée. Il est réfugié au Sénégal depuis fin 1990.

Entre 1982 et 1990, la répression du régime a fait 40.000 morts, selon les estimations d'une commission d'enquête tchadienne.

D'après RFI, "les faits dénoncés dans la plainte déposée par Me Mbaye Jacques Ndiaye remontent à 1990, juste avant la prise de pouvoir par l'actuel président tchadien. Les plaignants accusent Idriss Deby d'avoir torturé et exécuté des prisonniers de guerre entre Tiné et Abéché, alors qu'il était reparti au maquis".

L'avocat a accusé le président Deby d'avoir "personnellement (...) commis des actes répréhensibles. Des actes de torture".

"Il a tué, personnellement, des individus. Ce sont des personnes qui ont été torturées, qui ont été exécutées, brûlées à vif et jetées aux animaux sauvages", a-t-il expliqué à la radio française, précisant cependant ne pas être en mesure d'"évaluer le nombre de victimes".

Mais, a-t-il soutenu, il y a "deux victimes qui sont au Sénégal", et d'autres "un peu éparpillées à l'étranger".

Le procès de Hissène Habré devant les CAE s'était ouvert le 20 juillet, puis avait été ajourné le lendemain jusqu'au 7 septembre, afin de donner le temps à trois avocats commis d'office pour la défense de prendre connaissance du dossier.

M. Habré, qui récuse le tribunal spécial, a refusé de s'exprimer devant lui et a interdit à ses avocats de se présenter devant lui.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG