Liens d'accessibilité

Accord Washington-Ankara pour équiper des opposants syriens modérés en Turquie


Le numéro un de l'agence de renseignement turque, Hakan Fidan (C) à Ankara.

Le numéro un de l'agence de renseignement turque, Hakan Fidan (C) à Ankara.

L’accord a été scellé il y a deux jours, selon des responsables américains et turcs. Washington souhaite que l’accord qui vise à soutenir les opposants syriens soit mis en action avant fin mars.

Une source gouvernementale citée par l’AFP a révélé jeudi que l’accord a été signé par le sous-secrétaire au ministère des Affaires étrangères turques Feridun Sinirlioglu et l'ambassadeur américain à Ankara John Bass.

Il s’agit, selon le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu, d’un document co-signé par Washington et Ankara sur le programme de formation et de fourniture d'équipement des opposants syriens modérés en Turquie.

Les alliés au sein de l'Otan ont mis des mois pour parvenir à cet accord sur la formation des rebelles syriens. Les alliés devaient aussi se mettre d’accord sur l’ennemi sur lequel il faudrait se concentrer.

Ankara, très critique vis-à-vis du président syrien Bashar al-Assad, souhaite que les factions de rebelles modérés soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de territoires en Irak et en Syrie jusqu'à la frontière turque.

Washington, dont la force aérienne effectue des attaques ciblées contre les positions de l'EI en Syrie, souhaite former les rebelles dans le cadre de sa lutte contre le groupe EI.

Le gouvernement américain espère que le programme pourra débuter d'ici fin mars, de manière à ce que les premiers combattants rebelles formés puissent être opérationnels d'ici la fin de l'année, selon le Pentagone.

L'objectif du programme est d'entraîner plus de 5.000 combattants syriens dès la première année.

(L'information reprise dans cet article provient de l'AFP).

XS
SM
MD
LG