Liens d'accessibilité

Accord à l'amiable entre le Sénégal et ArcelorMittal


Le Sénégal doit trouver un nouvel investisseur, dans un contexte de chute des cours du minerai de fer

Le Sénégal doit trouver un nouvel investisseur, dans un contexte de chute des cours du minerai de fer

Le groupe sidérurgique ArcelorMittal va verser à l'Etat sénégalais plus de 150 millions de dollars en dommages et intérêts, après un accord à l'amiable dans un litige sur des mines de fer, rapportent l’Agence France Presse (AFP) et Reuters, qui citent des sources gouvernementales sénégalaises. A noter que Dakar avait réclamé 750 millions de dollars après avoir remporté la plainte soumise à la Cour d'arbitrage internationale de Paris.

En septembre 2013, cette dernière a autorisé le Sénégal à reprendre possession de mines de fer situées dans le sud-est du pays, auparavant concédées à ArcelorMittal, et à les réattribuer à une autre société minière. Dakar avait dénoncé, devant le tribunal arbitral, le non-respect par ArcelorMittal d’un contrat signé en 2007 pour l'exploitation du minerai de fer.

Selon le ministre sénégalais de la Promotion de la bonne gouvernance, Abdou Latif Coulibaly, qui est cité par Reuters, les deux parties ont convenu d’une solution à l’amiable.

Avec cet accord, le Sénégal obtient également une restitution des études techniques menées par ArcelorMittal sur les mines de fer.

L’AFP rappelle qu’en 2007, le Sénégal tablait sur un investissement de 2,2 milliards de dollars, la construction d'un port minéralier près de Dakar et de 750 kilomètres de chemin de fer jusqu'à la zone minière dans la région de Tambacounda. Ces investissements auraient aussi permis la création de 20 000 emplois. Mais le groupe Arcelor Mittal, finalement déçu par la qualité du gisement, n'a pas réalisé ces investissements.

Le Sénégal doit désormais trouver un nouvel investisseur, dans un contexte de chute des cours du minerai de fer en raison de la surproduction mondiale.
XS
SM
MD
LG