Liens d'accessibilité

Abuja promet d'en faire "plus" pour assister les déplacés de Boko Haram


Cette femme du nord du Nigeria explique avoir fui les exactions de Boko Haram dans sa ville.

Cette femme du nord du Nigeria explique avoir fui les exactions de Boko Haram dans sa ville.

Le gouvernement nigérian promet d'en faire "plus" pour porter assistance aux déplacés du nord-est du pays ayant fui les exactions de Boko Haram, alors que l'ONU et les humanitaires alertent sur des pénuries alimentaires extrêmes.

Dès le 22 juin, Médecins sans frontières (MSF) dénonçait une "urgence humanitaire catastrophique" régnant dans le camp de Bama, où vivent quelque 25.000 déplacés, dont 15.000 enfants.

Jeudi, une délégation du gouvernement nigérian a à son tour visité ce camp, situé à quelque 70 km de Maiduguri, la capitale de l'Etat nigérian de Borno.

Après cette visite, un conseiller spécial pour la protection sociale auprès du président Muhammadu Buhari, Maryam Uwais, a promis que de l'aide serait prochainement apportée aux déplacés : "Le gouvernement de l'Etat (de Borno, ndlr) a fait de son mieux. Nous sommes venus pour constater la situation de nos propres yeux. Nous allons rendre nos rapports (au gouvernement, ndlr) et le plus tôt possible, il y aura plus d'aide apportée ici."

Une équipe de MSF a pu se rendre le 21 juin pour la première fois dans le camp de Bama. Selon l'ONG, entre le 23 mai et le 22 juin, au moins 188 personnes y sont mortes, ce qui correspond à près de six décès par jour, principalement de diarrhée et de déshydratation.

L'équipe a aussi dénombré dans le cimetière, situé près du camp, 1.233 tombes creusées au cours de la dernière année, dont 480 sépultures d'enfants.

Réagissant à ces déclarations de MSF, le responsable Santé de l'Etat de Borno, Haruna Mshelia, a estimé que les accusations de malnutrition aiguë sévère n'étaient pas fondées et affirmé que les personnes les plus vulnérables avaient été évacuées à Maiduguri pour y être soignées et alimentées.

- 'Malnutrition aiguë sévère' -

De leur côté, les Nations unies ont fait état d'informations en provenance de leurs bureaux et partenaires dans le nord-est du Nigeria sur "des niveaux élevés de malnutrition sévère" dans des zones récemment libérées du contrôle de Boko Haram.

"L'amélioration des conditions de sécurité a permis à des humanitaires d'accéder à certaines zones qui étaient coupées du monde", a expliqué Munir Safieldin, coordinateur humanitaire de l'ONU au Nigeria, tout en pointant du doigt "une situation accablante" pour ces populations.

Dans un communiqué, il a ainsi appelé d'urgence à une réponse "beaucoup plus rapide et d'une ampleur supérieure".

Les ONG locales et internationales sont dépendantes de l'armée nigériane pour les escorter sur les 70 km entre Maiduguri et Bama, "libérée" de Boko Haram en mars 2015. La circulation autour de Maiduguri est actuellement ouverte mais le risque d'attaques par des membres de Boko Haram - qui ont trouvé refuge dans des forêts alentours depuis une offensive de l'armée en janvier 2015 - reste élevé.

La représentante de l'Unicef au Nigeria, Jean Gough, a tiré la sonnette d'alarme jeudi soir. "Nous estimons qu'il y aura près d'un quart de million d'enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë sévère dans l'Etat de Borno cette année", a-t-elle déclaré dans un communiqué, avertissant: "Si nous n'accédons pas à ces enfants pour les soigner, un sur cinq mourra. Et nous ne pouvons pas en arriver à cette situation."

Depuis sept ans, l'insurrection de Boko Haram a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés au Nigeria. Ces insurgés islamistes ont également mené une attaque massive début juin sur la ville de Bosso (sud-est du Niger) début juin, provoquant la fuite de 50.000 personnes.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un nouvel attentat suicide portant la marque de Boko Haram a fait 11 morts au Cameroun, démontrant que ces jihadistes nigérians gardent la capacité de mener des opérations meurtrières, même affaibli par une série d'offensives des armées de la région.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG