Liens d'accessibilité

Abou Hamza plaide non coupable à New York


Abou Hamza al Masri (au centre) a comparu devant unt tribunal fédéral de Manhattan

Abou Hamza al Masri (au centre) a comparu devant unt tribunal fédéral de Manhattan

Abou Hamza Al-Masri, un ancien imam égyptien portant un crochet distinctif à la place de la main droite, a plaidé non coupable mardi devant une juge fédérale de la ville de New York. Onze chefs d'inculpation ont été retenus contre lui. Il est notamment accusé d’avoir tenté d’ouvrir un camp d’entrainement de militants dans l’Etat de l’Oregon, dans le Nord-Ouest des Etats-Unis, et de complicité dans la prise de 16 otages occidentaux au Yémen en 1998. Une tragédie qui avait coûté la vie à 4 d’entre eux. S’il est reconnu coupable, il risque au moins la prison à vie.

La juge Katherine Forrest a fixé son procès au 26 août 2013. L’avocat d’Abou Hamza avait souhaité qu’il soit reporté à septembre 2013, pour lui donner un délai supplémentaire pour préparer sa défense. Abou Hamza, 54 ans, a été transporté aux Etats-Unis avec quatre autres suspects, immédiatement après l’arrêt rendu vendredi par la Haute cour de justice britannique, qui a rejeté leur dernière tentative visant à bloquer cette procédure.

Abou Hamza et deux autres islamistes ont comparu samedi devant un magistrat de New York, peu après leur arrivée sur le sol américain, et ont été informé des chefs d'inculpation retenus contre eux. Les deux autres suspects ont été présentés à un juge de New Haven dans l'Etat du Connecticut.

L’arrêt de la Haute Cour britannique a mis fin à huit ans de batailles juridiques lancées par les 5 accusés. Deux autres hommes, Khaled Al-Fawwaz et Adel Abdoul Bary, étaient recherchés en rapport avec les attentats à la bombe de 1998 contre les ambassades américaines de Nairobi et Dar-es-Salam. Al-Fawwaz devra répondre de plus de 260 meurtres.

On reproche à deux autres suspects, Babar Ahmad et Syed Ahsan, d’avoir géré, à partir de Londres, un site Internet basé aux Etats-Unis, encourageant le terrorisme.

Abou Hamza était iman d’une mosquée de Londres où, dans les années 1990, ses prêches ont été suivies par le Britannique Richard Reid, emprisonné à vie aux Etats-Unis pour avoir voulu faire exploser un avion avec des chaussures piégées en décembre 2001. Reid est incarcéré au Metropolitan Correctional Center de New York.
XS
SM
MD
LG