Liens d'accessibilité

Abdoul Karim Meckassoua élu président de l'Assemblée nationale en Centrafrique


L'ancien ministre centrafricain Abdoul Karim Meckassoua, député du quartier musulman du PK5 de Bangui, devient le premier président de l'Assemblée nationale de la Centrafrique, à Bangui, Cenrafrique, 6 mai 2016. (VOA/Freeman Sipila)

L'ancien ministre centrafricain Abdoul Karim Meckassoua, député du quartier musulman du PK5 de Bangui, devient le premier président de l'Assemblée nationale de la Centrafrique, à Bangui, Cenrafrique, 6 mai 2016. (VOA/Freeman Sipila)

L'ancien ministre centrafricain, député du quartier musulman du PK5 de Bangui, devient le premier président de l'Assemblée nationale de la Centrafrique de l’après-transition. Il a été élu vendredi à la tête de l'Assemblée nationale.

Sur les sept candidats qui se présentaient au vote de 127 députés présents, M. Meckassoua a obtenu 65 voix. Le deuxième, Anicet George Dologuélé en a obtenu 24 et Martin Ziguélé 14.

Ces trois députés avaient été candidats au premier tour de la présidentielle du 30 décembre 2015. Arrivé deuxième, Anicet Georges Dologuélé avait été ensuite battu au second tour du 14 février par Faustin Archange Touadéra.

Abdoul Karim Meckassoua, âgé de 62 ans, a été ministre lorsque le président élu Touadéra était Premier ministre de François Bozizé. Après le premier tour du 30 décembre, il avait appelé à voter pour Faustin Archange Touadéra.

Ergonome consultant de profession et de confession musulmane, il a été plusieurs fois ministre de François Bozizé, renversé en 2013 par l'ex-rébellion Séléka. Il jouit d'une bonne réputation dans les milieux intellectuels qui mettent en avant sa compétence, sa rigueur et son efficacité. Il est très apprécié au sein de la communauté musulmane dont il est issu et a beaucoup d'affinités dans les milieux chrétiens.

Après la fin récente des violences intercommunautaires qui ont ensanglanté pendant trois ans le pays, son élection à l'Assemblée nationale donne une nouvelle représentativité à la communauté musulmane du pays, qui a beaucoup souffert des attaques des miliciens anti-balaka, chrétiens et animistes.

Depuis l'élection à la présidence du chrétien Faustin Archange Touadéra, la Centrafrique, l'un des pays les plus pauvres au monde, connait une accalmie dans les violences.

Le processus de la présidentielle et des législatives, qui a connu nombre de reports, s'est malgré tout déroulé dans le calme. Il reste encore à organiser, à une date non précisée pour l'instant, des législatives partielles pour 12 sièges de députés sur les 140 que doit compter l'Assemblé nationale.

XS
SM
MD
LG