Liens d'accessibilité

Etats-Unis : un nouveau musée de la paix à New York


Etats-Unis : un nouveau musée de la paix à New York

Etats-Unis : un nouveau musée de la paix à New York

Alors que les violences faisaient rage à Crown Heights, les responsables locaux ont invité les leaders des trois communautés à examiner ensemble leurs divergences et à chercher des solutions. Selon Geoffrey Davis, frère de James Davis et fondateur du nouveau musée multiculturel, son frère et les membres de la Coalition de Crown Heights avaient un message : la coopération dans l’intérêt de tous.

Le Musée multiculturel James E. Davis pour la paix a ouvert ses portes dans l’enclave multiethnique de Brooklyn, à New York. Il honore la mémoire des activistes qui ont ramené la paix dans le quartier de Crown Heights suite aux violents incidents qui y avaient opposé, en 1991, les Africains-Américains et les Caribéens à l’importante communauté juive orthodoxe.

Ironie de l’histoire, mais également juste retour des choses, ce musée se dresse à quelques mètres de l’endroit où un enfant caribéen avait été tué dans un accident de circulation par un juif orthodoxe de la secte hassidique Chabad. L’incident avait déclenché trois jours de violences qui avaient occasionné des millions de dollars de dégâts. Un jeune Juif avait été tué en représailles.

Selon Betty Bogan, habitante de longue date du quartier, les « violences de Crown Heights » découlaient d’une explosion de griefs que ruminaient les Africaine-Américains et les Caribéens. Ces derniers s’estimaient exploités par les commerçants juifs. Les deux groupes ont été particulièrement outrés que l’ambulance du centre communautaire juif local n’ait pas été utilisée pour sauver la vie de l’enfant accidenté.

« C’était des jeunes gens qui avaient décidé de prendre les choses en main, exprimant par leur comportement le manque de respect qu’ils ressentaient », a expliqué Mme Logan.

C’est à ce niveau que l’ancien député new yorkais et activiste James E. Davis a apporté une contribution décisive, a-t-elle souligné.

Alors que les violences faisaient rage à Crown Heights, les responsables locaux ont invité les leaders des trois communautés à examiner ensemble leurs divergences et à chercher des solutions. Selon Geoffrey Davis, frère de James Davis et fondateur du nouveau musée multiculturel, son frère et les membres de la Coalition de Crown Heights avaient un message : la coopération dans l’intérêt de tous.

Alors que la communauté elle-même était furieuse, les leaders devaient agir. Alors ils ont dit : « Nous devons élaborer un plan pour parler à ces différents groupes », se souvient Geoffrey Davis. Parmi les résultats concrets de cette démarche : la police, les communautés africaine-américaine et caribéenne et « Shmira », une patrouille de volontaires juifs, ont formé un partenariat pour assurer la sécurité dans les rues du quartiers.

Geoffrey Davis est particulièrement fier du Centre de médiation de Crown Heights, un projet bénéficiant de l’appui de divers groupes communautaires et œuvrant à la résolution des conflits.

Les leaders communautaires avaient, dès le départ, ressenti la nécessité d’un dialogue et d’une coopération intercommunautaires, mais il a fallu convaincre les gens de manière progressive, souligne Rueven Lipkind. Ce Juif hassidique travaille maintenant pour le sénateur africain-américain local. Très souvent, ce sont le jeunes des différents groupes qui ont mené les initiatives ensemble, a-t-il dit.

Ils ont commencé par produire des spectacles, des concerts en impliquant les enfants dans la danse et les shows, montrant ainsi que les gens peuvent collaborer et accomplir des choses ensemble, a expliqué Lipkind.

Parmi les activités au calendrier du nouveau Musée multiculturel James Davis pour la paix de Brooklyn : une rétrospective sur le défunt grand rabbin de la secte juive hassidique Chabad, et une autre sur le révérend Ray Youndblood, qui a aidé des milliers de jeunes drogués du quartier.

XS
SM
MD
LG