Liens d'accessibilité

À Los Angeles et San Francisco, des policiers accusés de xénophobie et sexisme


Jason Lai, l'officier de police, est pointé du doigt par son avocat commis d'office lors d'une conférence de presse le 26 avril 2016 à San Francisco.

Jason Lai, l'officier de police, est pointé du doigt par son avocat commis d'office lors d'une conférence de presse le 26 avril 2016 à San Francisco.

Dans les emails de l'agent Jason Lai, des documents intitulés "Les Musulmans, on se doit de les aimer, on ne peut pas les punir ?" et autres remarques racistes et xénophobes s'y trouvaient.

Une série d'affaires de xénophobie secoue la police californienne, un agent ayant été poursuivi à San Francisco pour des textos homophobes et racistes, et un haut dirigeant des forces de l'ordre à Los Angeles se retrouve accusé d'emails racistes et sexistes.

A San Francisco, l'agent Jason Lai faisait l'objet d'une enquête relative à des accusations d'agressions sexuelles, qui a mis à jour des "textos comprenant des remarques raciales et homophobes répréhensibles", selon un communiqué de la police locale.

M. Lai, dont les textos racistes à l'encontre d'afro-américains, d'Indiens, de latinos-américains ou d'homosexuels ont été rendus publics, a été placé en congé administratif et pourrait être renvoyé définitivement, selon ce communiqué diffusé mardi.

D'après le directeur du bureau des avocats commis d'office ("public defenders") de San Francisco, Jeff Adachi, "les textos racistes ou homophobes échangés par trois officiers de la police de San Francisco (dont M. Lai) pourraient concerner jusqu'à 207 affaires criminelles".

"Cela fait frémir de voir à quel point l'officier Lai déshumanise les citoyens qu'il a juré de servir", a ajouté M. Adachi dans un communiqué.

Parallèlement, à Los Angeles, le directeur du personnel du Commissariat du comté (Los Angeles County Sheriff Department), Tom Angel, aurait fait circuler des "plaisanteries" douteuses depuis son email professionnel en 2012 et 2013, d'après le quotidien Los Angeles Times.

Il était alors employé du commissariat de Burbank, une ville limitrophe de Los Angeles (sud-ouest des Etats-Unis).

Dans une série d'échanges reproduits par le Los Angeles Times, Tom Angel transmet à un interlocuteur dont l'identité n'est pas révélée un email qui liste une série d'attentats commis par des "musulmans pieux" et qui s'intitule: "Les Musulmans, on se doit de les aimer, on ne peut pas les punir ?".

Un autre email accuse les Musulmans d'être "bêtes".

Les Noirs ou les femmes sont également mis en cause dans d'autres messages.

L'avocate Gloria Allred, qui défend notamment des victimes présumées d'agressions sexuelles de la part du comédien Bill Cosby, est traitée de "stupide".

Tom Angel a déclaré au Los Angeles Times qu'il "s'excuse s'(il) a offensé quiconque mais que l'intention n'était pas que le public voie ces plaisanteries".

Des demandes de commentaires envoyés à la police de Burbank, la municipalité de Burbank, la police du Comté de Los Angeles ou Gloria Allred sont restées sans réponse.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG