Liens d'accessibilité

Le commerce d’organes d’albinos prospère en Afrique Centrale


D’après un rapport publié aujourd’hui par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), les meurtres d’albinos au Burundi et en Tanzanie à des fins rituelles provoquent une crise qui affecte la quasi totalité des populations albinos des deux pays.


Intitulé Through Albino Eyes (à travers les yeux des albinos), ce document révèle que les albinos d’Afrique Centrale – près de 10 000 peut-être –ne peuvent plus se déplacer librement à cause des tueurs embauchés par des sorciers ou de riches trafiquants d’organes.

Camille Grosdidier a recueilli les précisions d’Andrei Engstrand-Neacsu, responsable de la Fédération pour l’Afrique de l’Est. »Après une période de calme, dit-il, les assassinats d’albinos continuent ; on a peur que sans une mise en œuvre de mesures plus importances de protection, les crimes vont continuer. » Andrei Engstrand-Neascsu explique qu’il s’agit de sorciers qui font croire aux gens qu’en utilisant des potions faite avec des membres d’albinos, on peut devenir plus riche plus rapidement et obtenir le succès dans les affaires.

Ces croyances s’inscrivent dans un contexte à l’essor des activités économiques, surtout dans l’extraction de l’or et la pêche autour du Lac Victoria. Les riches sont ceux qui peuvent se permettre le prix exigé. Le kit complet proposé par les sorciers s’obtient à 75 mille dollars, prix qui n’est pas à la portée du premier venu. Il faut, poursuit Andrei Engstrand-Neacsu, que les autorités intensifient les recherches, non seulement au niveau des criminels qui tuent les albinos et de ceux qui préparent les potions mais aussi au niveau des clients qui achètent ces produits qui font tourner ce marché.

XS
SM
MD
LG