Liens d'accessibilité

Le président Bush a prononcé hier soir son dernier discours sur l’état de l’Union


Devant les deux chambres du Congrès réunies, le chef de l’exécutif a d’abord parlé de l’économie américaine et appelé les législateurs à voter son train de mesures pour stimuler l’économie américaine et à rendre permanentes ses réductions d’impôts. Le président Bush a reconnu que le ralentissement de la croissance économique pouvait mener à une récession, mais il s’est voulu rassurant : « A long terme, les Américains peuvent avoir confiance en notre croissance économique. Mais à court terme, on ne peut que constater un ralentissement de la croissance. »



Sur le plan international, le président a longuement évoqué la guerre en Irak et la lutte globale contre le terrorisme. M. Bush a souligné que la nouvelle stratégie en Irak avait porté ses fruits, ce qui permettrait d’envisager un retrait progressif des soldats américains dans ce pays. Mais il a mis en garde contre un départ précipité. L’envoi de 30 000 soldats supplémentaires en Irak a permis de mettre l’ennemi en déroute. Et d’ajouter : « Certains peuvent nier que le renforcement des troupes a réussi, mais parmi les terroristes, cela ne fait aucun doute. Al Qaida est en fuite en Irak et cet ennemi sera vaincu. »

Au sujet de l’Afrique, où il se rendra le mois prochain, le président Bush a affirmé haut et fort que l’Amérique est opposée au génocide au Soudan et qu’elle soutient la cause de la liberté au Zimbabwé. Il a souligné que les Etats-Unis sont à l’avant-garde de la lutte globale contre la faim et la pauvreté. Plus de la moitié de l’aide alimentaire mondiale provient des Etats-Unis, a-t-il rappelé. Et George Bush a demandé au Congrès de soutenir une nouvelle initiative visant à acheter des récoltes directement chez les agriculteurs des pays en développement afin de renforcer la capacité de production locale et briser le cycle de la famine.

L’Amérique, a poursuivi le président, est aussi à l’avant-garde dans la lutte contre les maladies. Il a souhaité la coopération du Congrès pour réduire de moitié le nombre de décès dus au paludisme dans quinze pays d’Afrique. Et en ce qui concerne la lutte contre le SIDA, George Bush a lancé cet appel : « Je demande au Congrès de doubler le montant de l’enveloppe initiale pour la lutte contre le SIDA pour la porter à 30 milliards de dollars pour les cinq prochaines années. »

Répondant au président Bush au nom du parti démocrate, la gouverneure du Kansas, Kathleen Sebelius, a souligné que les Etats-unis doivent retrouver un rôle de premier plan dans le monde et mener une guerre plus efficace contre le terrorisme. Elle a estimé que la politique étrangère de l’administration Bush a laissé le pays avec moins d’alliés et plus d’ennemis. Sans offrir un plan particulier pour l’Irak, la gouverneure Sebelius a appelé M. Bush à collaborer avec le Congrès pour prendre les décisions difficiles qui s’imposent pour que ce pays retrouve sa place sur la scène internationale. Sur le plan économique, elle a souligné que le train de mesures pour stimuler l’économie est nécessaire, mais uniquement comme palliatif temporaire.

Pour voir le discours sur l'état de l'Union dans son intégralité, veuillez cliquer sur VOA Accueil

XS
SM
MD
LG