Liens d'accessibilité

Au Sénégal, modification de la constitution pour permettre de juger Hissène Habré


L’assemblée nationale du Sénégal a modifié mardi la constitution du pays en introduisant de manière exceptionnelle une rétroactivité pour des infractions comme les crimes contre l’humanité pour lesquels est poursuivi l’ex-président du Tchad. Hissène Habré est accusé notamment de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pendant ses années au pouvoir entre 1982 et 1990. Depuis, il vit au Sénégal.

Alioune Tine, secrétaire général de la Rencontre africaine de défense des droits de l’homme (RADDHO), s’est réjoui de cette mesure. Mais il a noté qu’il faut maintenant « nommer un coordonnateur du procès de Habré, de nommer aussi bien entendu les juges d’instruction, de commencer l’enquête, de commencer la procédure, parce que, quand même, depuis 2006, franchement, les choses bougent assez, assez lentement. »

XS
SM
MD
LG