Liens d'accessibilité

Deuxième débat McCain-Obama : de la retenue même dans les attaques


Ce débat, qui s’est tenu à Nashville dans le Tennessee, comportait un enjeu important pour le républicain John McCain, qui est légèrement devancé dans les sondages par le démocrate Barack Obama.

Comme cela était prévisible,on y a beaucoup parlé d’économie. Et notamment de la crise financière en cours, dont l’un des signes annonciateurs aura été l’effondement du système hypothécaire américain. « Si je suis élu, a dit John McCain, j’instruirai le secrétaire au Trésor de racheter sans délai les hypothèques compromises et de renégocier la nouvelle valeur de ces maisons, revue à la baisse, pour permettre aux gens de rembourser leur prêts et de rester chez eux. La stabilisation des valeurs immobilières est un passage obligé pour renverser les tendances économiques actuelles et créer des emplois."

Pour Barack Obama, la crise actuelle traduit la faillite de la politique économique conduite ces huit dernières années. « Il faut secourir les classes moyennes. Cela passera par une réduction des impôts, des mesures permettant aux propriétaires immobiliers de rester dans leurs maisons. Nous devons aider les gouvernements des Etats et les administrations locales à promouvoir des ponts et chaussées pour créer des emplois. » Le sénateur Obama a également promis de trouver une solution à la crise du système de santé et au problème d’énergie.

Interrogé sur les principes sur lesquels les deux candidats fonderont leurs décisions militaires à des fins humanitaires ou autres, John McCain a cité l’exemple de l’intervention américaine au Liban sous Ronald Reagan. « A propos du Liban, j’ai tenu tête au président Reagan, mon héros, je lui ai demandé quel bénéfice nous pouvions attendre de l’envoi de marines dans ce pays, et lui ai recommandé de ne pas le faire. Il est passé outre et malheureusement près de 300 jeunes gens ont été tués. Il faut savoir tenir compte dans toute décision de l’impact bénéfique attendu et garder présent à l’esprit qu’on envoie le meilleur de ce que l’Amérique possède, le sang de l’Amérique, au devant du danger. »

Barack Obama a cité quant à lui le génocide et le nettoyage ethnique comme des raisons suffisantes pour justifier une action militaire. « Quand il y a un génocide quelque part dans le monde, quand nous nous trouvons devant un cas de nettoyage ethnique, et que nous restons les bras croisés, cela nous diminue. Et j’estime que nous devons considérer qu’il est de notre intérêt d’intervenir partout où cela est possible. Vous devez aussi comprendre qu’il se passe des choses horribles dans le monde, et que nous ne pourrons pas être partout à la fois. »

Les deux candidats se retrouveront le 15 octobre pour le dernier débat de cette course à la présidence.

XS
SM
MD
LG