Liens d'accessibilité

Deux rebelles maliens à Alger pour tenter de relancer le processus de paix


L'un d'eux est Iyad Ag Ghaly, chef des ex-rebelles touareg maliens réunis au sein de l'Alliance des forces pour le changement démocratique, groupe signataire des accords de paix d'Alger, en juillet 2006. L'autre, c'est Ibrahim Ag Bahanga, rebelle dissident qui a repris le combat en août dernier et détient encore une trentaine d'otages sur la quarantaine kidnappés alors.

Dans le Nord Mali, le cessez-le-feu instauré en septembre grâce aux efforts conjugués de l'Algérie et de notables de Kidal tient toujours. Il s'agit donc d'obtenir la libération des otages, mais aussi l'accélération de l'application des accords de paix d'Alger, selon le journaliste malien Amadou Maïga.

Ibrahim Ag Bahanga n'a pas formulé de revendications, mais le gouvernement malien l'accuse de vouloir prendre le contrôle du poste frontière de Tinzaouatène pour se livrer notamment au trafic de drogue.

Quant à Iyad Ag Ghaly, le chef des ex-rebelles, il fait figure de médiateur aux côtés de l'Algérie. Selon Bayen Ag Ghaly, chargé de la presse pour l'Alliance des forces pour le changement démocratique à Kidal, il y a toujours espoir de parvenir à une entente.

XS
SM
MD
LG