Liens d'accessibilité

Madagascar tient des assises sur la démocratie


A Madagascar, le président de la Haute Autorité de Transition, Andry Radjoelina a donné jeudi le coup d’envoi d’assises nationales censées préparer le retour à la démocratie, en l’absence de son principal rival, Marc Ravalomanana, qui a décidé de boycotter la conférence.

Pour Andry Rajoelina, cette conférence marque l’amorce d’une nouvelle phase de « démocratisation » et « de profonds changements » dans l’exercice du pouvoir sur la Grande île. Les partisans de l’ex président Marc Ravalomanana font valoir qu’ilsn’assisteraient à une telle conférence que si elle était organisée par la communauté internationale. Ces assises, qui s'achèvent vendredi, devraient définir les modalités et le calendrier de nouvelles élections dans la Grande-Ile, où cette grave crise politique et sociale a fait plus d'une centaine de morts depuis fin janvier.Lâché par l'armée, Marc Ravalomanana, au pouvoir depuis 2002, a été contraint le 17 mars à transférer ses pouvoirs à un directoire militaire, qui les a remis quelques heures plus tard à M. Rajoelina, alors chef de l'opposition. Ces transferts de pouvoir ont été validés par la Haute Cour constitutionnelle.

L'Union africaine et la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) ont suspendu Madagascar. Les Occidentaux ont condamné ce qu'ils considèrent comme un "coup d'Etat".

XS
SM
MD
LG