Liens d'accessibilité

Le sort de Jean-Pierre Bemba entre les mains de la CPI


Les réactions se multiplient suite à l’arrestation de Jean-Pierre Bemba samedi soir à Bruxelles. L’ancien vice-président de la RDC est accusé par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre commis en Centrafrique entre 2002 et 2003. C’est le quatrième ancien chef de guerre à être appréhendé par la CPI.

Dès 2003, la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) avait communiqué des informations à la CPI concernant Jean-Pierre Bemba, a expliqué Karine Bonneau, responsable du bureau Justice internationale de la FIDH. Me Hervé Diakiesse, avocat à la CPI et militant des droits de l’Homme basé à Matadi, au Bas-Congo, se dit surpris par la nouvelle de l’arrestation de Jean-Pierre Bemba. « Depuis un certain temps, il y a eu beaucoup de critiques à l’égard de la CPI, plusieurs personnes estimaient que la Cour pénale internationale mobilisait de grands efforts pour. A la rigueur, ne se limiter qu’à arrêter des exécutants », a-t-il expliqué.

XS
SM
MD
LG