Liens d'accessibilité

L'Iran viole la liberté de religion


Les Etats-Unis ont publié leur tout dernier rapport sur l’état de la liberté de religion dans le monde. Selon le rapport du département d’état américain, le gouvernement de l’Iran est l’un de ceux qui commettent les violations les plus graves du droit à la liberté religieuse. Au cours de l’année écoulée, la situation “extrêmement mauvaise” en Iran a continué à se dégrader. L’ambassadeur extraordinaire américain chargé de la liberté de la religion dans le monde, John Hanford a fait les commentaires suivants à ce sujet.

ACT:
“En Iran, le régime poursuit sans relâche sa campagne de répression contre les Baha’is et a créé un climat de menaces contre la plupart des musulmans non-Chiites. C’est notamment le cas pour les soufistes, certaines communautés chrétiennes et les membres de la communauté juive.”

Les Baha’is, qui comptent plus de 300 mille fidèles, sont le groupe religieux non-musulman le plus important de l’Iran. Considérés comme des hérétiques par le gouvernement, les Baha’is n’ont pas le droit d’enseigner ou de pratiquer leur religion, de faire des études universitaires ou de travailler dans la fonction publique. Les Baha’is iraniens sont arrêtés de façon arbitraire et emprisonnés et leurs biens sont confisqués. Certains Baha’is pensent que l’existence même de leur communauté est menacée.

Les Juifs sont reconnus comme une minorité religieuse par le gouvernement iranien. Mais ce dernier fait la promotion d’un anti-sémitisme virulent dans les média officiels, créant une atmosphère hostile pour les Juifs. Téhéran a également été l’hôte d’une conférence mettant en cause l’Holocauste, le meurtre de 6 millions de Juifs européens par l’Allemagne nazie au cours de la seconde guerre mondiale.

Les Iraniens chrétiens, en particulier, les évangélistes, continuent de faire l’objet de harcèlement et de surveillance policière. Le gouvernement iranien met en vigueur, de manière très stricte, l’interdiction sur le prosélytisme. Les autorités ont fermé des églises et des personnes qui se sont converties au Christianisme. Le président Mahmoud Ahmadinejad aurait appelé à mettre fin à la propagation du Christianisme en Iran.

Les Musulmans Soufistes font eux aussi l’objet de répression en Iran. Les Soufistes disent que leurs leaders font état de harcèlement et d’intimidation continus de la part des services de renseignements et de sécurité iraniens. Les Sufis ajoutent qu’ils sont la cible de menaces pour les pousser à renoncer leur foi. Les Musulmans Sunnites, qui, pour la plupart, font partie des minorités ethniques en Iran, disent être victimes de discrimination de la part du gouvernement. Ils soulignent l’absence d’une mosquée sunnite à Téhéran, où réside un million de leurs co-religionnaires.

“Le gouvernement des Etats-Unis, indique le rapport du département d’état américain, a très fermement exprimé ses objections au traitement sévère et oppressif du gouvernement iranien envers les minorités religieuses... Les Etats-Unis invitent les autres pays qui ont des liens bilatéraux avec l’Iran à s’en servir pour faire pression sur Téhéran dans le domaine de la liberté de religion et des droits fondamentaux.”

XS
SM
MD
LG