Liens d'accessibilité

Les violations des droits de l'homme de Téhéran


Rien ne porte à croire que le régime de l’Iran ait l’intention de tempérer ses attaques contre la société civile dans ce pays.

Au cours des derniers mois, des leaders syndicalistes tels que Mansour Osanloo ont été frappés et emprisonnés. Des journalistes ont été harcelés, arrêtés, et, dans le cas d’Adnan Hassanpour et de Hiwa Butimar, condamnés à mort; des leaders estudiantins, comme Majid Tavakkoli, Ahmad Qasaban et Ehsan Mansouri, détenus à la prison d’Evin, sont maintenant portés disparus.

Mais bien que confronté à une telle brutalité, le peuple iranien exige toujours le respect de ses droits fondamentaux. Au début du mois, plus de cent étudiants ont protesté à l’université de Téhéran contre un discours prononcé par le président Mahmoud Ahmadinejad. Ils ont appelé à la remise en liberté des étudiants emprisonnés et arboraient des pancartes demandant pourquoi il ne leur était pas permis de poser des questions, malgré les affirmations du contraire par Monsieur Ahmadinejad dans son discours à l’université de Columbia.

Gordon Johndroe, porte-parole pour le Conseil de la sécurité nationale à la Maison Blanche, affirme que les Iraniens sont actuellement maltraités par leur gouvernement. “Les Iraniens devraient avoir le droit de s’exprimer librement, de se rassembler librement et d’agir comme ils le souhaitent... Les Etats-Unis d’Amérique se tiennent aux côtés du peuple de l’Iran alors qu’il cherche à faire respecter ses libertés fondamentales et à se doter du gouvernement qu’il mérite.
Nous sommes conscients du fait que les Iraniens vivent en ce moment des temps très difficiles, en raison de la campagne du gouvernement contre leurs libertés fondamentales. Mais nous continuerons à nous tenir aux côtés du peuple iranien.”

XS
SM
MD
LG