Liens d'accessibilité

Propos de Condoleeza Rice au sujet du Pakistan


Le président du Pakistan, Pervez Musharraf, a promis de tenir des élections législatives d’ici le 9 janvier. Monsieur Musharraf a également promis de démissionner de son poste à la tête de l’armée, une fois que la Cour suprême aura validé son élection à la présidence. Mais Monsieur Musharraf refuse de dire à quelle date l’état d’urgence sera levé. La secrétaire d’état américaine Condoleezza Rice a fait les commentaires suivants.

« Ma réaction est que ce qu’il y a de positif dans cela, c’est que des élections vont se tenir et très bientôt, et aussi que le président Musharraf a dit qu’il ne portera plus l’uniforme. Ces deux éléments sont essentiels pour remettre le Pakistan sur la voie démocratique. Mais il est clair que nous encourageons également Monsieur Musharraf à lever l’état d’urgence aussi rapidement que possible. »

La voie vers le développement démocratique n’est pas aisée ou sans obstacles, mais le Pakistan a accompli des progrès, a dit Madame Rice. « Le Pakistan est un pays qui a beaucoup fait depuis 1999 et le coup d’Etat. Et il a beaucoup fait depuis 2001 quand il s’est engagé à tenter d’éliminer l’extrémisme. Mais la situation n’est pas parfaite et personne ne suggérerait cela. »

Pour aider le Pakistan à tenir des élections, les Etats-Unis ont fourni des fonds destinés à l’éducation de l’électorat, au développement des partis politiques, à l’informatisation des listes d’électeurs et à la formation d’analystes des sondages politiques et d’observateurs électoraux. Les observateurs indépendants, parrainés par les Etats-Unis, devraient arriver au Pakistan dans le courant de ce mois. Washington offre également à des journalistes pakistanais des cours de formation sur la couverture des élections. Et la commission électorale pakistanaise reçoit de l’aide des Etats-Unis pour publier sur internet les listes électorales.

L’ambassadeur des Etats-Unis au Pakistan, Anne Patterson, a dit que l’objectif de son pays est d’aider le Pakistan à organiser des élections libres, équitables et crédibles qui permettent au peuple de choisir ses propres dirigeants. Pour que des élections soient crédibles, a-t-elle souligné, il faut que les leaders et les membres des partis politiques soient remis en liberté - qu’ils soient en prison ou en résidence surveillée. Les média doivent être libres de couvrir les événements et de partager leurs opinions avec le public.

XS
SM
MD
LG