Liens d'accessibilité

Le mariage des enfants et les droits de l'homme


Dans les pays en développement, quelque 65 millions de femmes, entre 20 et 24 ans, ont été mariées avant l’âge de 18 ans, indique l’UNICEF. Trente millions d’entre elles se trouvent en Asie du Sud. Selon des responsables de l’UNICEF, plus de la moitié des femmes mariées, dans certains pays comme le Bangladesh et le Népal, ont été mariées avant 18 ans.

La Photo 2007 de l’UNICEF montre un homme afghan, appelé Mohammad, assis près de sa nouvelle épouse, Ghulam, une petite fille de 11 ans. La raison de ce mariage ? Nous avions besoin d’argent, disent les parents de la fillette. Selon les informations de l’UNICEF sur les mariages d’enfants, les parents décident de marier leurs filles à un jeune âge pour de nombreuses raisons. Pour les familles pauvres, une jeune fille peut être considérée comme un fardeau économique et son mariage, une stratégie nécessaire à la survie de la famille.

Les mariages forcés des enfants peuvent avoir des conséquences graves sur ces derniers, au plan physique et psychologique, entraînant parfois leur mort. Torpekay, une petite Afghane de la province de Herat, a été mariée à l’âge de 13 ans. Elle a confié à Radio Free Afghanistan que le désespoir engendré par son mariage et la façon dont la traitaient ses beaux-parents, l’ont poussée à tenter de se suicider. J’ai décidé de m’immoler par le feu, a-t-elle expliqué.

La représentante de l’Etat du Minnesota au Congrès américain, Betty McCollum, a proposé un projet de loi qui intensifierait les efforts des Etats-Unis pour mettre fin aux mariages d’enfants. Ces mariages, dit-elle, sont une violation des droits fondamentaux. « Il s’agit de viol. Il s’agit des conséquences sur la santé de ces petites filles. Les femmes vous diront que le viol est un acte violent. Pouvez-vous imaginer une petite fille de 10, 11, 12 ans, prise par la force ? Une jeune personne risque alors toutes sortes de problèmes de santé, à la fois physiques et mentaux. »

Il y a des problèmes dans ce domaine dans le monde entier, a dit la représentante McCollum. Et ils ne se limitent pas à un seul groupe religieux, précise-t-elle.

La ministre afghane des Affaires féminines, Masuda Jalal, fait observer que, bien que ces violences aillent à l’encontre de la constitution de l’Afghanistan, elles continuent d’être perpétrées, sous plusieurs formes, contre les femmes et les petites filles - que ce soient les mariages forcés, la violence dans les foyers, les mariages à un jeune âge, les mariages d’enfants et la résolution des différends entre familles par le biais de mariages forcés.

La déléguée américaine auprès de la commission des Nations-Unies sur le statut des femmes, Patricia Brister, dit que les mariages d’enfants comportent des risques graves pour les jeunes filles, notamment le risque de mourir en couches. Les Etats-Unis exhortent les autres pays à se joindre à leurs efforts pour mettre fin aux mariages d’enfants, une violation des droits fondamentaux qui ne devrait être infligée à aucune jeune fille.

XS
SM
MD
LG